Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
AFRIQUE

Soudan : traque des fonds publics détournés et mal acquis sous l'ancien régime


Alwihda Info | Par Info Alwihda - 9 Juillet 2019 modifié le 9 Juillet 2019 - 16:39


Des manifestantes brandissent le drapeau soudanais, à Khartoum, le 30 juin 2019© AFP/Archives Ebrahim Hamid
Des manifestantes brandissent le drapeau soudanais, à Khartoum, le 30 juin 2019© AFP/Archives Ebrahim Hamid
Le comité chargé de l'inventaire et de l'examen des sociétés du gouvernement, constitué par le Conseil militaire de transition, a recommandé lundi la réouverture des rapports sur l'argent public qui ont été radiés par l'ancien procureur général.

Lors d'une conférence de presse organisée par le Secrétariat général du Conseil des ministres en coopération avec le Conseil militaire, le Comité a renvoyé les rapports de l'audit public des violations de ces sociétés au procureur général pour qu'il entame une action en justice afin d'ouvrir des informations judiciaires contre les auteurs de détournements des fonds publics et les récupérer immédiatement.

Le Comité a recommandé la récupération les fonds publics gaspillés. D'après les rapports, des actifs de l'Etat ont été vendus à des prix inférieurs à leur vraie valeur, notamment par des proches de l'ancien président de la République.

Il a également recommandé la suppression des sociétés qui n’ont ni déposé, ni conservé leurs registres auprès du registre des sociétés depuis leur création ou qui ne figurent pas sur le registre commercial tenu par le greffe des sociétés du ministère de la justice, en violation des procédures officielles.

Le comité a appelé à reconsidérer la gestion des organismes publics et des entreprises publiques du ministère des Finances en les restructurant en termes de nombre d'employés et d'efficacité, avec l'aide de cadres qualifiés pour la supervision des entreprises publiques.

Le président du comité, Mohammed Ahmed Ali al-Ghali, a déclaré que parmi les entreprises publiques violant la loi, figure le Coral Hotel, vendu 48 millions de dollars. "Ce montant ne correspond pas à la valeur du terrain sur lequel l'hôtel est situé", a-t-il souligné.

Les villas présidentielles ont été vendues à la Banque nationale d'Abou Dhabi pour 50 millions de dollars et sont louées chaque année à l'ambassade des États-Unis au même montant.

Il a ajouté que le nombre d'entreprises dont le Comité a recommandé la liquidation est estimé à 105 entreprises, désignées comme non conformes ou contraires à la loi.

Il a souligné que les entreprises fictives du gouvernement constituaient le principal problème de l'économie soudanaise, ajoutant que l'appareil de sécurité comptait plus de 26 entreprises opérant dans différentes activités et que l'État n'exerçait aucun contrôle sur ces entreprises. "C'est une source de danger pour l'économie soudanaise", a estimé le président du comité, Mohammed Ahmed Ali al-Ghali.

© DR
© DR
Le conseiller principal du ministère de la Justice, Batoul Hammad, a confirmé lors de la conférence de presse que le nombre d'entreprises enregistrées par les agences de l'État depuis 1925 s'élevait à 866 entreprises.

Aujourd'hui, l'Etat compte 431 sociétés, son actionnariat public est de 45 sociétés et de 386 sociétés de capitaux privées. Le nombre de sociétés qui ne sont pas enregistrées au registre du registre du commerce depuis leur création est de 105 sociétés.

Il a souligné que 193 sociétés sur 431 n'étaient pas soumises au contrôle public et n'étaient pas connues des autorités, expliquant que seules 12 des 431 entreprises.

La capitale Khartoum se prépare à organiser prochainement un forum mondial des minéraux en présence de 70 entreprises.