Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
AFRIQUE

Soudan : un accord de fin de crise, "ni vainqueur ni vaincu"


Alwihda Info | Par Info Alwihda - 4 Août 2019 modifié le 4 Août 2019 - 23:27


Signature d'un accord de sortie de crise à Khartoum entre les protagonistes, le 4 août 2019. © DR/AJ
Signature d'un accord de sortie de crise à Khartoum entre les protagonistes, le 4 août 2019. © DR/AJ
Les représentants de la junte au pouvoir et des forces de la liberté et du changement ont paraphé dimanche la déclaration constitutionnelle tant attendue au Soudan.

"L'accord d'aujourd'hui confirme la victoire de la volonté nationale et le résultat n'est ni vainqueur ni vaincu", a déclaré le vice-président du Conseil militaire, Mohammad Hamdan Daglo.

"Nous ne nous reposerons pas jusqu'à ce que tous les coupables de violation du droit du peuple soudanais soient punis", a-t-il ajouté.

Le chef des forces de la liberté et du changement, Omar al-Daqir, a indiqué que la signature de la déclaration constitutionnelle représente un moment historique pour le Soudan et ouvre une nouvelle page dans le pays.

L'émissaire africain au Soudan, Mohamed El Hassan Ould Labbat, a déclaré que la signature du document reflétait la cohésion entre l'armée et le peuple soudanais.

L’envoyé éthiopien au Soudan, Mohamed Dreir, a également expliqué que l’accord établissait un gouvernement civil démocratique qui instaurerait l’égalité pour tous.

"Le document constitutionnel établit la période de transition qui constituera le principal souci de la paix avec les mouvements armés", a déclaré M. Dreir. "Nous avons montré au monde que les Africains peuvent résoudre leurs problèmes par des solutions africaines sans ingérence extérieure", a-t-il ajouté.

Le conseil de gouvernement et l'opposition ont fixé le calendrier de mise en œuvre de l'accord de partage du pouvoir dans le pays, et des sources informées des négociations ont déclaré à Reuters que les deux parties signeront la déclaration constitutionnelle définitive le 17 août.

Les sources ont souligné que la formation du Conseil de Souveraineté serait annoncée le 18 août, tandis que le Premier ministre serait nommé le 20 du même mois et formerait le gouvernement après 8 jours.

La première réunion conjointe du Conseil des ministres au Soudan se tiendra le 1er septembre, selon les mêmes sources.

Le conseil militaire et les forces de la liberté et du changement ont conclu un accord de partage du pouvoir "le peuple soudanais a attendu depuis l'indépendance", selon le président du conseil, Abdul Fattah al-Burhan.

Mahmoud Dreir, médiateur spécial éthiopien pour le Soudan, a déclaré que l'Union africaine était le garant de l'accord conclu au Soudan et que la Ligue des États arabes était un partisan important de cette étape pour participer à la construction d'un nouveau Soudan.