Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
ANALYSE

Tchad : Un forum sans trop grands enjeux


Alwihda Info | Par Steve Djénonkar - 5 Octobre 2020


Le Forum national inclusif à N'Djamena le 22 mars 2018. © Forum National Inclusif
Le Forum national inclusif à N'Djamena le 22 mars 2018. © Forum National Inclusif
Le Tchad tient bientôt le deuxième forum "inclusif" pour évaluer les réformes institutionnelles engagées en 2018. Comme le premier forum, il faut s'attendre inéluctablement à pas grand-chose car le dégoût est déjà saisissant.

Le premier forum était vivement vilipendé car l'opposition et la société civile "sérieuses" l'ont boycotté. Toutefois, il a accouché d'une nouvelle constitution qui a consacré la quatrième République. Une constitution dont certaines dispositions sont vivement critiquées.

Il s'agit surtout de la suppression de la Primature, rendant le nouveau Maréchal du Tchad "président intégral". D'emblée, les répercussions ne sont pas moindres. Le président est dorénavant submergé car outre ses fonctions, il s'arroge les attributions du premier ministre. Le deuxième forum viserait par conséquent à rétablir cette institution, prédisent beaucoup de Tchadiens. Faux, rétorque Max Kemkoye, président de l'Union des démocrates pour la démocratie et le progrès. Le président a des intentions inavouées, a t-il confié aux journalistes à l'issue d'une conférence.

Le deuxième mal du premier forum qu'il faut extirper est aussi le serment confessionnel. Des critiques y voient une vassalisation de la fonction étatique ou simplement une contradiction de la laïcité, de certains principes bibliques. L'on se souvient bien de la spectaculaire démission de deux ministres récusant ce serment.

L'autre disposition sur laquelle devaient se pencher les participants au forum est l'âge requis pour briguer la présidence qui est de 45 ans. Paradoxe! La chance de la jeunesse est totalement limitée. Une jeunesse courtisée par le président maréchal, une jeunesse qu'il appelle fréquemment à participer à la gestion du pouvoir. Les jeunes ambitieux tel Masra Succès qui s'annonce "président du Tchad en 2021" espèrent vivement que cette disposition soit modifiée. Mais face à une notoriété incontestable du leader du parti des Transformateurs, il est à craindre l'intransigeance du maréchal à conserver la disposition, lui surtout qui est avide de pouvoir, prêt à tous les sacrifices pour le conserver.