Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
ANALYSE

Tchad : la junte militaire marque des points


Alwihda Info | Par Steve Djénonkar - 11 Juin 2021


Tchad : la junte militaire marque des points
Ruse ou réelle volonté de conduire une transition apaisée, "l'illégitime" Conseil militaire de transition pose depuis quelque peu des actes qui calment les ardeurs de ses innombrables détracteurs.

Bon chien chasse de race. Si Déby père, redoutable tyran, est aussi extraordinairement futé, Déby fils ne déroge pas à la règle. Bras répressif du défunt père, Mahamat Kaka semble bien assimiler les leçons qui lui ont été enseignées par son géniteur : la ruse.

Idriss Déby a rechigné 3 années entières à reconnaître le parti Les Transformateurs dont les militants et sympathisants, entièrement jeunes, donnent du fil à retordre aux policiers lors des manifestations et ôtent le sommeil au gouvernement. Mahamat Kaka, le chef de la junte a reconnu "officiellement" la formation politique, en à peine 40 jours de prise de pouvoir. Du coup, Succès Masra le leader du parti a salué la "sagesse" du ministère de l'Administration du territoire et "la restauration de la justice".

Depuis hier 10 juin, la grande famille de Baradine Berdei Targuio et beaucoup d'associations de défense des droits humains sont soulagées par la remise en liberté du leader de l'Organisation tchadienne des droits de l'homme (OTDH). Il y a un an et demi, il était écroué pour atteinte à l'ordre constitutionnel parce qu'ayant fait une publication sur la santé du défunt président Déby. Un geste salué comme un signe d'apaisement même si une certaine méfiance demeure. D'ailleurs, Wakit Tamma, la plateforme qui mobilise la foule dans les rues, a exigé récemment la libération de tous les prisonniers politiques et d'opinion. Simple hasard ou satisfaction de cette revendication, la libération de Baradine est bien réelle.

Le fameux 10 juin est aussi mémorable pour les étudiants du campus universitaire de Toukra accusés de vandalisme. Ces derniers sont purement et simplement relâchés au bénéfice du doute, même si le Procureur de la République n'est pas bien content de cette décision et désire interjeter appel. Les amphithéâtres ont aussitôt rouverts ce matin suite à cette libération.

Une avalanche d'autres actions restent toutefois à faire pour dissiper définitivement le scepticisme de la plupart des tchadiens.



Dans la même rubrique :
< >

Mardi 25 Mai 2021 - 15:54 Tchad : unité fragile et hypocrite