Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
Revue de Presse

Tchad : la revue de la presse du 25 au 31 octobre 2021


Alwihda Info | Par Tchonchimbo Ouapi Raphaël - Yana Abdoulaye - 1 Novembre 2021


L'accord de Koumra, le lancement de l'Union pour la refondation du Tchad de Siddikh Abdelkrim Haggar et l'épineuse question du conflit éleveurs-agriculteurs ont fait l'objet de débats par les journaux de la semaine.


Tchad : la revue de la presse de la semaine 25 au 31 octobre 2021.
Tchad : la revue de la presse de la semaine 25 au 31 octobre 2021.
Diamra Bétolngar, gouverneure sortante du Mandoul : "victime de sa propre turpitude !", s'exclame l'Observateur à sa Une. Au temps du Conseil militaire de transition, les fautes administratives se paient cash et Diamra Bétolngar ex-gouverneure de la province du Mandoul, l'a appris à ses dépends. Son tord c'est d'avoir cautionné l'acte des chefs de communautés qui ont fixé le prix du sang, en cas de meurtre ou d'accident dans le Mandoul. Les fautes administratives graves ne sont plus à tolérer, tel que fut le cas sous feu Idriss Déby Itno. Les autorités administratives doivent repartir à l'école du droit, sinon, le marteau de Mahamat Kaka ne tardera pas à les mettre sous les rails, informe l'Observateur.

"Le permis de tuer annulé", ajoute N'Djamena Hebdo. "Suite aux nombreuses critiques contre l'accord de Koumra relatif à la réparation civile, concocté entre les représentants des chefs traditionnels, leaders religieux et entériné par la plus haute autorité de la province du Moundoul le 15 octobre, le ministre de l'Administration du territoire a décidé d'annuler ledit accord. Malgré ses excuses, la gouverneure du Mandoul a été relevée de ses fonctions", complète N'Djamena Hebdo. " La gouverneure délogée", ajoute Abba Garde. Alors qu'elle a fait un rétropédalage pour demander pardon sans pour autant s'empêcher de mentir au lendemain du tollé qu'a soulevé le fameux accord entériné par ses soins, la gouverneure du Mandoul a été déguerpi a travers le décret n°649 du 25 octobre 2021. "J'aurais dû être plus regardante. J'aurais dû demander plus de temps avant d'analyser les contours d'un tel acte avant d'apposer ma signature. Pour ma signature hâtive et mon manque de précaution, je demande pardon à la population". C'est en ces termes que la gouverneure a exprimé son regret par rapport à sa bourde, rapporte Abba Garde.

"Les retombées de l'accord du Mandoul", indique La Voix. "Ce n'est plus un secret de polichinelle. La gouverneure du Mandoul, Diamra Bétolngar, vient de perdre son poste par décret du 25 octobre dernier. C'est suite à une réaction des tchadiens de l'intérieur et de la diaspora par rapport à la Dia qu'elle a contextualisé dans le ressort territorial qui n'est rien d'autre que la province du Mandoul", indique le journal.

Pertes et bénéfices d'une descente précoce d'éleveurs et transhumants vers le Sud : "des cultivateurs veillent sur leurs champs", informe Le Progrès du 29 octobre 2021. "Mercredi 27 octobre 2021, face à la descente précoce d'éleveurs et transhumants vers le Sud du pays, à la recherche de pâturage pour leurs troupeaux, des cultivateurs de Mabrio, Madba, Linia, Hidjelidjé, Nala, villages de la sous-préfecture de Linia dans le département de Dourbali, craignent la décentralisation de leurs cultures non récoltées. Plusieurs campements se dressent sans cesse non loin des champs de ces localités qu'il est déjà difficile d'avoir de l'espace libre de culture et de bétail", rapporte Le Progrès.

"Siddikh Abdelkrim Haggar veux refonder le Tchad", annonce N'Djamena Hebdo. "L'Union pour la refondation du Tchad (URT) vient s'ajouter à plus de 200 formations politiques existantes au Tchad. Pour marquer le lancement officiel de ses activités, son président national Abdelkrim Haggar s'est prêté aux questions de journalistes au cours d'une conférence de presse qu'il a animé le 23 octobre 2021", informe N'Djamena Hebdo. "Depuis plusieurs mois, nous, nous sommes engagés dans une réflexion et une analyse approfondie de la situation sociopolitique de notre pays. Il nous a paru que les tchadiens n'ont pas appris de l'histoire car tous les régimes qui se sont succédé au pouvoir ont repris les mêmes erreurs, les unes après les autres, notamment le régionalisme, la gabegie, la corruption, la promotion, le clientélisme, l'injustice sociale, l'incompétence et l'impunité comme mode de gouvernance", constate Siddikh Abdelkrim Haggar.

"Crise du Palais où diversion politique", s'interroge Abba Garde. "Seïd Idriss Déby cherche à lancer son parti, l'Union des démocrates pour le développement (UDD). L'Union pour la refondation du Tchad (URT) de Siddikh Abdelkrim Haggar est désormais officiel. Le Parti socialiste sans frontières (PSF) échoue entre les mains de Yaya Diallo Djerou Betchi. Si beaucoup d'observateurs évoquent une crise de Palais, d'autres voient la dispersion d'énergie des membres du clan au pouvoir et une simple diversion pour endormir l'opinion", constate Abba Garde.

La douane tchadienne, "la grande propriété familiale", constate Abba Garde. "Après avoir fait semblant de lâcher du lest en nommant Kemkil Adagran Benoît à la tête de la direction générale des douanes et droits indirects, le président du Conseil militaire de transition a décidé de revenir à la case départ en le remplaçant par son cousin Ali Timane Déby. 2 mois et 29 jours, c'est exactement le temps que le douanier chevronné Kemkil Adagran Benoît a passé à la tête de la prestigieuse régie financière. Qu'a-t-il commis comme faute pour être déguerpi ?", s'interroge Abba Garde.



Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 31 Mai 2019 - 15:48 Tchad : un mois de mai bien sombre


Pour toute information, contactez-nous au : +(235) 99267667 ; 62883277 ; 66267667 (Bureau N'Djamena)