Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
SCOOP

Vers l’adoption du Plan National de Développement 2018-2020


Alwihda Info | Par Info Alwihda - 15 Février 2017 modifié le 15 Février 2017 - 23:45


Vers l’adoption du Plan National de Développement 2018-2020
Lomé, le 14 février 2017-Un atelier de validation du rapport de l’analyse des parties prenantes, de la consolidation et de l’affinement des axes stratégiques du Plan National de Développement (PND 2018-2022), s’est ouvert ce mardi à Lomé.

Les travaux de cet atelier de validation ont été ouverts par le Directeur de Cabinet du Ministère de la Planification du Développement, EDJEOU Essohanam. Les travaux portent sur le Plan National de Développement (PND 2018-2022) qui a été élaboré grâce à l’appui technique et financier du Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD) et de l’Union Européenne (UE).

Durant deux jours de travaux, les participants vont valider le Plan National de Développement (PND 2018-2022) qui porte sur 31 thématiques du développement durable. Une présentation et une définition de la méthodologie de définition des axes du PND seront également faites. Les participants vont s’approprier l’intérêt et l’influence des parties prenantes pour l’atteinte des Objectifs du Développement Durable (ODD).

Le Plan National de Développement (PND 2018-2022) porte notamment sur une mutation du système national de la planification et un achèvement de la Stratégie de Croissance Accélérée et de la Promotion de l’Emploi (SCAPE) au 31 décembre 2017.

Pour le Directeur de la Planification et des Politiques de Développement, Gervais MEATCHI, après adoption, le PNDS « va capitaliser les expériences du passé et appréhender de façon exhaustive les défis réels que le vécu quotidien impose aux populations togolaises ».

Précisons que le Plan National de Développement prend en compte cinq axes prioritaires dont  l’Amélioration du bien-être et l’épanouissement de la population, l’amélioration de la productivité et de la  compétitivité des secteurs de la croissance, le renforcement des infrastructures de soutien à la croissance la gestion durable du territoire, de l’environnement et du cadre de vie, enfin renforcement de la gouvernance et consolidation de la paix.