Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
ACTUALITES

Alors que la Chambre africaine de l'énergie prépare son attaque juridique, la BEAC reporte la mise en conformité du nouveau règlement Forex à 2021


- 11 Novembre 2020


African Energy Chamber

La BEAC proroge la mise en conformité du règlement Forex suite à un litige sollicité par la Chambre africaine de l'énergie (www.EnergyChamber.org) ; La Chambre reste déterminée dans son engagement à rechercher une résolution juste et équitable qui fasse valoir les intérêts des Africains, des entreprises, des investisseurs et de la croissance économique.

La Chambre africaine de l'énergie (« la Chambre »), qui représente presque tous les segments du secteur de l'énergie, a le plaisir d'annoncer la prorogation de la mise en œuvre du règlement BEAC Forex du 1er janvier au 1er décembre 2021. Elle est basée sur la décision prise par H.E. Abbas Mahamat Tolli, gouverneur de la BEAC, no. 119 / GR / 2020, signée le 5 novembre 2020

L'industrie de l'énergie et les gens ordinaires croient que c'est un pas dans la bonne direction, mais ce n'est tout simplement pas suffisant.

« Tout en remerciant la BEAC d'avoir écouté la Chambre, les entreprises, les travailleurs et les investisseurs étrangers, nous pensons toujours que ces réglementations doivent être abrogées. Bien que leur délai de mise en conformité soit prorogé, les réglementations telles qu’elles sont, sans amendements, restent les plus dangereuses et anti-africaines au monde et ne peuvent être laissées en suspens sans être corrigées », a déclaré NJ Ayuk, président de la Chambre africaine de l’énergie.

L'un des principes fondamentaux de la Communauté économique des États de l'Afrique centrale (CEMAC) est la promotion et le renforcement de la coopération afin de parvenir à l'autosuffisance collective, d'élever le niveau de vie de ses peuples, d'accroître la stabilité économique et de contribuer au progrès et au développement de la sous-région et le continent africain dans son ensemble (article 4 de son traité). Ces règlements étouffent simplement la vision et l'esprit dans lesquels le traité a été signé.

Les réglementations violent l'éthique même des organes gouvernementaux, qui est de servir les intérêts des africains et de garantir que les réglementations adoptées n'entravent pas la croissance économique et l'autosuffisance des populations de la région de la CEMAC.

La Chambre estime que nous devons continuer à lutter pour la capacité des petites entreprises, des citoyens ordinaires, des investisseurs, en particulier des sociétés pétrolières et gazières, d'embaucher, d'investir, de croître, de réussir et de créer des emplois en Afrique, comme cela est nécessaire pour notre récupération post-COVID-19.

Certaines dispositions du Règlement Forex de la BEAC semblent être anti-équitables et contraires à l'objectif de la ZLECAf, un accord qui a été ratifié par tous les États membres de la CEMAC. L'un des objectifs clés de l'Accord est de « créer un marché unique des biens et des services, facilité par la circulation des personnes afin d'approfondir l'intégration économique du continent africain », précise-t-il.

Par conséquent, ces réglementations sont contre-productives car elles ont diminué l'attractivité de la CEMAC pour les investissements directs étrangers et les échanges transfrontaliers.

« C'est à cause de cela que la Chambre affirme qu'elle poursuivra son intention de plaider contre des réglementations qui mettent des barrières extrêmement dissuasives à l'entrée des investisseurs au Gabon, au Cameroun, en République du Congo, en Guinée équatoriale, en République centrafricaine et au Tchad. Le règlement en lui-même est clairement en contradiction avec l'esprit de la ZLECAf. Il est illégal. Il devrait être abrogé et remplacé par une réglementation plus favorable à la croissance et à l'emploi que la Chambre est prête à fournir à la BEAC », a conclu Ayuk.

La Chambre estime que ce règlement contribuera au défi croissant de la précarité énergétique, de la corruption et du rôle croissant des bureaucrates dans les affaires commerciales. La question est simple, pourquoi ajouter plus de fardeaux et de barrières ?

Les entreprises, les citoyens ordinaires et les personnes en première ligne doivent être protégés contre cela et la Chambre s’engage à y parvenir. Notre mission ici est claire et nette : nous nous engageons à être résolus dans cette provocation.

Distribué par APO Group pour African Energy Chamber.

Source : https://www.africa-newsroom.com/press/as-the-afric...