Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
AFRIQUE

Cameroun-Congo : la coopération commerciale en marche


Alwihda Info | Par - 23 Février 2019 modifié le 23 Février 2019 - 11:54

Les deux pays envisagent d’impulser une nouvelle dynamique en prévision de la prochaine commission mixte qui devrait se tenir à Brazzaville. Pour l’heure, une action de coopération est engagée entre les deux pays dans le domaine de l’aquaculture.


L’ambassadeur du Congo au Cameroun, Valentin Ollessongo (à gauche) reçu par le ministre du Commerce Luc Magloire Mbarga  Atangana (à droite).
L’ambassadeur du Congo au Cameroun, Valentin Ollessongo (à gauche) reçu par le ministre du Commerce Luc Magloire Mbarga Atangana (à droite).
A la suite de l’audience accordée à l’ambassadeur du Congo Brazzaville au Cameroun par le ministre du Commerce Luc Magloire Mbarga Atangana, une réunion s’est tenue à Yaoundé le 22 février 2019, avec l’Agropole Pisciculture, le ministère de l’Elevage, des Pêches et des Industries animales (MNEPIA), la Chambre d’Agriculture, des Pêches, de l’Elevage et des Forêts (CAPEF), l’ambassadeur du Congo au Cameroun Valentin Ollessongo qu’accompagnaient ses collaborateurs.
En Afrique centrale, au-delà des espaces maritimes, la sous-région est arrosée par des cours d’eaux et des marécages pouvant servir pour aménager des étangs piscicoles. Par ailleurs, même au sein des concessions, l’on peut faire de l’aquaculture. Ainsi donc, pour inverser la tendance en matière d’importations de poisson pour laquelle les pays dépensent des centaines de milliards par an, il faut intervenir dans l’aquaculture commerciale.
Au Cameroun, le gouvernement a mis en place un Programme Agropoles dont la filière aquacole a été exposée, au cours de la concertation, par son coordonnateur national Adrian Ngo’o Bitomo. Dans ce cadre, le poisson est déjà produit dans sept des dix régions administratives que compte le Cameroun. Pour sa part, le ministère de l’Elevage, des Pêches et des Industries animales donne les plans techniques de production aux 400 opérateurs qui s’activent à travers le pays dans l’engraissement du poisson (silure et carpe). Le Programme accompagne généralement le ministère du Commerce dans toutes ses actions promotionnelles des produits du terroir. Dans cet esprit, le ministre du Commerce a rappelé que les pouvoirs publics ont un rôle de protection de l’espace, de manière à garantir les débouchés aux opérateurs économiques. Le coordonnateur du Programme Agropoles a relevé dans son exposé des contraintes liées à l’aquaculture, entre autres, l’alevin, l’aliment, le taux de gaz carbonique et le taux d’acidité de l’eau.
La volonté des Congolais est désormais affichée de venir puiser auprès des opérateurs économiques camerounais. Il s’agira d’impulser une nouvelle dynamique avec des missions économiques entre les deux pays, en attendant la prochaine commission mixte Cameroun-Congo qui devrait se tenir à Brazzaville. « L’heure n’est plus au discours, l’heure est à l’action, afin que le Congo tire profit de l’expérience du Cameroun », a déclaré Valentin Ollessongo, l’ambassadeur du Congo au Cameroun. Au terme de la concertation, il a été admis des stratégies pour booster la coopération entre les pays. Pour l’heure, les discussions techniques sont engagées pour l’excellence de ses relations entre ces deux pays dont les frontières communes n’ont jamais été fermées.