Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
AFRIQUE

Cameroun/Gestion des déchets : Lancement des ateliers de formation


Alwihda Info | Par - 30 Août 2019 modifié le 30 Août 2019 - 10:47

L’opération commencée à Dschang dans la région de l’Ouest va se poursuivre dans d’autres villes du pays, avec pour but, l’accompagnement des collectivités territoriales décentralisées que sont les communes.


Moule de fabrication et produit fini.
Moule de fabrication et produit fini.
La ville touristique et universitaire de Dschang dans la région des hautes terres de l’Ouest a abrité du 25 au 29 août 2019, la première séance d’une série d’ateliers de formation des formateurs nationaux et internationaux sur les techniques de gestion durables des déchets non bio dégradables. Cette formation qui est très sollicitée en Afrique et même en Europe, avait pour objectif de mettre sur pied un réseau de formateurs qui vont accompagner les collectivités territoriales décentralisées dans le processus de lutte contre l’insalubrité, et aussi de résorber le chômage des jeunes. Les participants étaient constitués des acteurs locaux en provenance de sept régions sur les dix que compte le Cameroun. Ils ont activement participé à cet atelier de formation pour une adhésion massive des populations dont ils assurent le bien-être.
Pour Mme Marie Jeanne Abéga, coordonnatrice de l’Association pour la protection de l’environnement et le développement agropastoral au Cameroun (APEDACAM), partenaire de l’Action pour le développement et la santé (ADS) dans l’organisation, en provenance de la région du Centre (Sa’a), « les formations vont s’étendre sur l’ensemble du territoire avec pour cible 500 000 jeunes en leur qualité de pairs éducateurs qui devront relayer ce qui a commencé à faire à Dschang, et dans l’optique aussi de créer environ 10 000 emplois à travers la gestion durable des déchets de plusieurs genres. » Au cours de la formation, l’on a procédé à une séance pratique de recyclage des déchets plastiques en pavés, briques afin d’assainir l’environnement et d’améliorer les conditions de vie des populations. Par ailleurs, les organisateurs ont mis en place un système de communication et d’évaluation des aptitudes pour permettre aux communautés d’assurer une meilleure gestion des déchets plastiques. En fin de compte, il s’agit de développer des attitudes citoyennes responsables et actives, face au défi de l’insalubrité.
La formation était répartie sur quatre modules théoriques et pratiques portant sur : les techniques de sensibilisation et de communication communautaire (en vue de faire des participants de véritables agents de sensibilisation) ; les outils et techniques d’enquête et de collecte ; les techniques de recyclage des matières plastiques et enfin, les techniques de fabrication des pavées et briques à partir des matières plastiques recyclées. En dehors des municipalités pilotes du projet, les participants étaient constitués des acteurs œuvrant dans le domaine de la protection de l’environnement tant au niveau national qu’international, des ONG et institutions de recherche et associations légalement reconnues, des administrations en charge des jeunes, de l’emploi et de l’environnement entre autres.
Il faut rappeler qu’un partenariat est désormais établi avec une ONG écologique en France pour une implémentation, alors que des conventions sont annoncées entre APEDECAM et ADS et les communes du Cameroun.