Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
AFRIQUE

Cameroun/Loum : Des trafiquants de peaux de léopard arrêtés


Alwihda Info | Par - 1 Août 2019 modifié le 1 Août 2019 - 08:34

Les trafiquants présumés ont été appréhendés grâce à une opération menée avec l’assistance technique d’un organisme d’appui à l’application de la loi sur les espèces sauvages, appelé LAGA.


Des peaux de léopard saisies
Des peaux de léopard saisies
Une opération menée avec succès par la délégation départementale de la Forêt et de la Faune du département du Moungo a abouti à l'arrestation de trois trafiquants présumés d'espèces sauvages totalement protégées à Loum, dans la région du Littoral.
Les suspects ont été arrêtés le 24 juillet 2019 pour avoir essayé de vendre quatre peaux de panthère. Une moto utilisée pour transporter les peaux a été saisie avec les quatre peaux. Ils étaient arrivés à moto sous une pluie torrentielle, peu de temps avant que les agents de la faune travaillant en collaboration avec la gendarmerie ne suivent et arrêtent les trois hommes alors qu’ils s’apprêtaient à conclure un accord commercial. L'un d'entre eux a essayé de s'échapper en voyant les agents de la force publique s'approcher, mais il a été immédiatement bloqué et tous trois ont été arrêtés et emmenés à la brigade de la gendarmerie de Loum, où ils ont été identifiés. Les trafiquants présumés âgés respectivement de 35, 39 et 45 ans, ont été emmenés à Nkongsamba, puis à Mbanga, par des agents de la protection de la faune qui ont engagé des poursuites judiciaires. L’opération a été réalisée avec l’assistance technique d’un organisme d’appui à l’application de la loi sur les espèces sauvages, appelé LAGA.
Au fil des ans, plusieurs arrestations ont eu lieu dans la région de l’Ouest visant des trafiquants de peaux de léopards, et certaines ont également été effectuées dans d'autres régions du pays abritant des panthères où l'animal est tué pour sa peau. À cet égard, des opérations dirigées par des responsables de la protection de la faune ont déjà été menées dans les régions de l'Est, du Sud et du Centre avec l'arrestation de plusieurs trafiquants de peaux de panthères.
Les panthères font partie des espèces totalement protégées par la loi sur la faune de 1994 qui prévoit une peine de prison pouvant aller jusqu'à trois ans et le paiement d'une amende pouvant aller jusqu'à dix millions de francs CFA pour les personnes arrêtées avec une partie d'une espèce protégée. L'espèce féline hautement insaisissable s’adapte très rapidement à une grande variété de régimes alimentaires qui lui permettent de vivre dans de vastes habitats, comprenant des régions arides d'Afrique du Nord, des déserts et des régions semi-désertiques de l'Afrique australe, des prairies de savane d'Afrique orientale et australe, des environnements montagneux sur le Mont Kenya et les forêts tropicales humides de l’Afrique occidentale et centrale.
Les panthères sont traquées pour leur douce fourrure utilisée comme pièce décorative, pour la confection de manteaux et de robes de cérémonie. Cette pratique est très courante dans le monde et dans certains palais royaux africains. La queue, les griffes et les moustaches de la panthère sont utilisés comme des fétiches. La destruction de cette belle espèce réduit non seulement son nombre dans de l'aire de répartition, mais nuit également à la biodiversité tout en privant l'environnement d'une de ses beautés naturelles. Un petit groupe de personnes appelé trafiquants d'espèces sauvages réalise des profits. Une poignée de personnes exploitent les ressources fauniques d'une manière qui appauvrit tous les pays à jamais et d'une manière véritablement irréversible.