Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
ANALYSE

Centrafrique : Quand le tâtonnement devient un mode de gouvernance


Alwihda Info | Par Rodrigue Joseph Prudence MAYTE - 4 Novembre 2013


Il faut qu'on se le dise, la junte au pouvoir est réellement dans un bourbier qui risque de l'engloutir bientôt.Depuis le changement brutal du 24 Mars 2013 jusqu'à nos jours,le Gouvernement manque de cohérence dans la gestion de la chose publique.En réalité, il existe une incompatibilité qui n'a absolument pas droit de cité devant la longanimité du peuple centrafricain.On se croirait dans une soirée de valse où il y'a une incompatibilité époustouflante entre le mouvement des danseurs et la chanson...Il n'est guère fastidieux de reconnaître que DJOTODJIA danse la salsa alors que son premier ministre s'enivre de la chanson du parolier centrafricain "Yaraïna" .

Diantre! Il semble que les autorités de Bangui prefèrent mieux la conquête du pouvoir à son exercice proprement dit.A force d'oeuvrer longuement dans l'opposition et la rebellion, ces politicards confondent vitesse et précipitation dans la gestion de la chose publique.Un melange de confusion et d'incompétence qui trouvent un debut d'explications dans l'amateurisme obsèquieux des enturbannés depuis l'éviction de l'ancien locataire du palais de la renaissance.Certes! Le chef de la junte au pouvoir a ,dans une pléiade de décrets,mis les pieds de plusieurs personnes à l'étrier et remis en selle une multitude de personnalité.Seulement, il faut admettre qu'il y'a eu beaucoup entorses dans l'applicabilité de ces différentes nominations.Aujourd'hui, plusieurs personnalités ne peuvent rejoindre leurs lieux d'affectations à cause d'une entorse liée à la procédure administrative.

Curieusement, cette entorse est devenue le mode opératoire le plus usité des autorités de Bangui. Un contraste soporifique qui élucide d'emblée l'incompétence des nouvelles autorités de Bangui.La nomination du nouveau représentant de la République Centrafricaine auprès de l'ONU est un fait atypique et illustratif de cette entrose. La procédure usuelle voudrait que le président Djotodjia adresse une lettre d'accréditation au secrétaire général de l'ONU en vue de rendre pragamatique son décret.Or dans le cas d'espèce,le chef de la junte au pouvoir avait juste envoyé un mandat de recommandation au secrétaire général de l'ONU dans l'optique d'entériner son décret.

Une entorse à la règle qui est perçue dans cette institution comme une insolence à peine voilée.D'ailleurs la réponse du berger à la bergère ne s'est pas faite attendre car le nouveau représentant de la Centrafrique n'est qu'une"personna non grata" au sein de l'ONU.Selon certaines indiscretions au Ministère des affaires étrangères, cette entorse désopilante a davantage renforcé l'indignation des autorités onusiennes envers la Centrafrique.Il est d'une évidence absolue que le président Djotodjia doit adresser une lettre d'accréditation au secretaire général de l'ONU en vue de sopoudrer son décret initialement pris pour la simple raison qu'il n'y a pas d'autres alternatives.Par ailleurs, cette entorse balourde donne encore droit à l'ancien amabassadeur de sièger à l'ONU autant que faire se peut alors que son remplaçant nommé à la hussarde gamberge en canapé dans un hôtel aux Etats Unis.

Plusieurs exemples analogues mettent en exergue les différentes entorses qui deviennent au fur et à mésure un mode de gouvernance dans le pays des enturbannés.Tant que les vendeurs de thé, de café, de viandes, de fripes, de chaussures, de colas occuperont toujours les postes clés, la Centrafrique gagnera la palme d'or en matière d'entorse dans les procédures administratives.

Rodrigue Joseph Prudence MAYTE
Chroniqueur, Polémiste
mayterodrigue@yahoo.fr
France,Vitré