Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
ACTUALITES

La France aurait garanti au Président soudanais un report des poursuites judiciaires


Alwihda Info | Par Abdel Ahmat - 3 Décembre 2008 modifié le 3 Décembre 2008 - 19:29

La rencontre de Nicolas Sarkozy à Qatar, samedi dernier avec le président soudanais, Oumar Hassan Al-Bachir accusé de crime au Darfour, et menacé d'un mandat d'arrêt de la Cour pénale internationale (CPI), a déçu les organisations non gouvernementales de défense des droits de l'homme.


La France aurait garanti au Président soudanais un report des poursuites judiciaires
Les associations estiment que la rencontre de Sarkozy avec Elbéchir à Qatar a eu pour objectif de sceller les accords économiques. Sarkozy a promis à Elbéchir d'exercer des pressions sur le leader rebelle du Mouvement de libération du Soudan,

Par Dabio

La rencontre de Nicolas Sarkozy à Qatar, samedi dernier avec le président soudanais, Oumar Hassan Al-Bachir accusé de crime au Darfour, et menacé d'un mandat d'arrêt de la Cour pénale internationale (CPI), a déçu les organisations non gouvernementales de défense des droits de l'homme.

Cette rencontre a ranimé les soupçons à l'encontre de la France selon lesquelles il existe une volonté du président français de sacrifier la justice au profit des intérêts économiques.

La France qui a soutenu la poursuite du Président soudanais par la Cour Pénale Internationale a changé de positon deux mois seulement après la reprise par Total de ses activités économiques au Soudan.

Pour le journal Le Temps, Paris aurait entamé des démarches auprès de la Cour pénale internationale (CPI) pour annuler la procédure judiciaire lancée contre le président Omar el-Béchir

après la reprise en juillet par la société française Total de ses activités au Soudan.



Les associations estiment que la rencontre de Sarkozy avec Elbéchir à Qatar a eu pour objectif de sceller les accords économiques. Sarkozy a promis à Elbéchir d'exercer des pressions sur le leader rebelle du Mouvement de libération du Soudan, Mr. Abdelwahit Mahamat Nour, afin qu'il ne boycotte plus cette fois-ci la rencontre de Qatar qui réunit tous protagonistes de la crise du Darfour. La promesse de Sarkozy a porté ses fruits car Mr. Abdelwahit Mahamat Nour a reconnu, mardi soir,

dans une déclaration à la télévision arabe Eljazeera, qu'il subi déjà des pressions de la part des autorités françaises.

Source:
http://dabio.net/