Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
SCOOP

La fluctuation des cours mondiaux oblige le gouvernement togolais à augmenter les prix des produits pétroliers


Alwihda Info | Par Info Alwihda - 2 Mars 2017 modifié le 2 Mars 2017 - 09:00


La fluctuation des cours mondiaux oblige le gouvernement togolais à augmenter les prix des produits pétroliers
Lomé le 1er mars 2017-Le gouvernement a décidé ce 27 février une augmentation des prix des produits pétroliers à la pompe. Selon le communiqué, cette augmentation des prix à la pompe est motivée par la hausse des prix à l’international.

A la pompe, le super sans plomb est désormais vendu à 524 FCFA, le gasoil à 526 FCFA tandis que le pétrole lampant est à 468 FCFA. Le mélange deux temps vendu précédemment à 579 FCFA est désormais disponible à 623 FCFA. Par contre, le prix du gaz butane n’a pas été augmenté.

Le gouvernement a justifié cette deuxième augmentation des prix en un mois par la fluctuation des cours mondiaux des produits pétroliers. L’Etat a également à travers un communiqué des ministères en charge du Commerce, de l’Economie et des Mines rappelé sa volonté de toujours appliquer une politique de vérité des prix. 

Précisons tout de même que le Togo reste dans la sous-région l’un des pays où de régulières diminutions de prix de produits pétroliers à la pompe sont constatées. Entre le 25 décembre 2015 et le 26 janvier 2017, le gouvernement a procédé à cinq baisses successives des prix des produits pétroliers. Cependant la conjugaison de deux phénomènes sur le plan international à savoir l’augmentation du prix du baril sur le marché et la hausse du cours du dollar américain ont imposé ces révisions des prix opérées au Togo.

L’Etat continue également de subventionner les produits pétroliers. Ces subventions sont estimées depuis le début de l’année à près de deux milliards de francs CFA. Comparé à d’autres pays de la sous-région,  le gouvernement togolais fait des efforts pour maintenir les prix des produits pétroliers à un niveau supportable. A titre d’exemple, au Burkina Faso, au Niger, en Côte d’Ivoire, au Mali et au Sénégal, les prix du super sans plomb, du gasoil et du pétrole dépassent ceux fixés au Togo.