Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
ANALYSE

La visite de Mohammed VI au Sénégal : du fantasme à la réalité


Alwihda Info | Par - 16 Mars 2013 modifié le 16 Mars 2013 - 00:41

vendredi 15 mars 2013 / par Enoch El Fassi - Afrik


Le roi du Maroc, Mohammed VI, débute ce vendredi avec le Sénégal sa tournée officielle en Afrique Subsaharienne. Il se rendra ensuite en Côte d’Ivoire et au Gabon. Sa visite au pays de la Teranga est toutefois suspicieuse. Quel est véritablement l’intention de Mohammed VI au Sénégal ?
 
Renforcer les relations diplomatiques et économiques. Tel est le but du déplacement au Sénégal, en Côte d’Ivoire et au Gabon du roi marocain Mohammed VI. Après cinq ans d’absence, le monarque signe son grand retour dans la région.
Cap sur le Sénégal, un allié historique du royaume chérifien. Le Maroc et le Sénégal sont un modèle de coopération sud-sud. Même si les relations diplomatiques entre les deux pays ne datent que de 1960, ils ont une histoire commune qui remonte à bien plus longtemps. Sans conteste, Dakar a toujours affiché son soutien à Rabat sur le dossier épineux du Sahara occidental. Le sujet devrait être au programme des discutions, notamment au Gabon et en Côte d’Ivoire où le souverain est attendu. L’occasion aussi de décrocher de nouveaux contrats. De nombreuses sociétés marocaines sont présentes en Afrique subsaharienne à l’image de Maroc Telecom ou encore Attijariwafa Bank à la tête de sept filiales sur le continent.
Hormis le fait de vouloir renforcer ses relations diplomatiques avec le Sénégal, que vient faire Mohammed VI à Dakar alors que les contrats les plus importants (Attijariwafa, électrification rurale avec ONE, industrie pharmaceutique) ont déjà été signés ?
Le vengeur de l’ombre
Dans un précédent article, nous mettions en exergue les relations étroites qu’entretient le souverain marocain avec le Sénégal et tout particulièrement avec la famille Wade. Décision volontaire ou pur hasard de calendrier, la visite du roi chérifien intervient le même jour de la convocation de Karim Wade devant le procureur spécial près de la Cour de répression de l’enrichissement illicite, Alioune Ndao.
Ami intime de Karim Wade, Mohammed VI a bel et bien l’intention de le sortir du pétrin selon une source proche de la présidence sénégalaise. « Mohammed VI a de très bonnes relations avec Macky Sall, il pourrait bien lui demander d’agir en faveur de Karim Wade », indique cette même source. « Macky Sall a une volonté d’épargner Abdoulaye Wade. Il pourrait aussi, sans pour autant le disculper, faire éviter à Karim Wade la prison pour ne pas froisser Mohammed VI », ajoute la source.
Sa venue n’a en tout cas pas permis le report de la convocation devant le procureur de Karim Wade. L’ancien président exécutif de l’Agence nationale de l’Organisation de la conférence islamique (l’ANOCI) et ex-ministre d’Etat est depuis 11 heures devant le procureur qui doit lui signifier ou non son arrestation. Karim Wade est arrivé en 4x4 avec ses avocats. Quelques militants venus le soutenir ont été dispersés par la police à coups de bombes lacrymogène.
Attendu à 17 heures (heure locale) à Dakar, Mohammed VI a 72 heures pour mener à bien sa mission. Son plus grand souhait est bien entendu que son ami soit blanchi. Bien que le planning royal est gardé secret, le souverain pourrait bien s’entretenir officieusement avec Karim Wade lors de son déplacement à Dakar.
PDS, le grand absent
Le Parti Démocratique Sénégalais (PDS), qui avait promis de mettre ce vendredi à feu et à sang Dakar si la justice n’abandonnait pas ses charges contre Karim Wade, était pourtant le grand absent de ce rendez-vous judiciaire. Officiellement, le PDS a annulé son mouvement de contestation dû à l’arrivée du roi Mohammed VI. Selon nos sources, « le PDS affirme ne pas vouloir gâcher la venue du roi avec qui le Sénégal a de fortes relations. Mais en réalité, il n’a absolument pas les moyens de semer le trouble. Karim Wade n’est pas très aimé ici, donc personne ne les auraient suivi dans leur mouvement ».
Le porte-parole du PDS, Ibra Diouf Niokhobaye, avait déclaré mercredi : « Nous allons nous mobiliser et vous verrez quelque chose d’inédit ». A défaut d’avoir observé une mobilisation inédite, les Dakarois ont été les témoins privilégiés d’un flop.