Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
AFRIQUE

Le Sénégal et la BAD discutent des aspects techniques de la mise en œuvre du projet Agropole Sud


Alwihda Info | Par Info Alwihda - 30 Mars 2021


Le siège de la BAD. Illustration © DR
Le siège de la BAD. Illustration © DR
Le gouvernement du Sénégal et la Banque africaine de développement ont organisé, du 23 au 25 mars derniers à Dakar, un atelier technique afin d’accélérer la mise en œuvre du Projet de zone de transformation agro-industrielle du Sud (PZTA-Sud ou Agropole Sud) du Sénégal et accélérer l’intensification du processus d’industrialisation et le développement d’autres agropoles.

Cet atelier a été conduit avec le ministère sénégalais du Développement industriel et des Petites et moyennes industries, la cellule d’exécution du projet et des représentants du ministère de l’Économie, de la Coopération et du Plan et celui des Finances et du Budget.

L’atelier avait pour principaux objectifs d’apporter l’appui nécessaire du gouvernement sénégalais au démarrage rapide du projet Agropole Sud, de renforcer les capacités et de mettre à niveau tous les acteurs impliqués dans l’exécution du projet sur son contenu et les procédures applicables, notamment la cellule d’exécution du projet. Il était ainsi question de passer en revue l’ensemble des activités prévues dans le cadre du projet et d’examiner les conditions de leur exécution, de rappeler les règles et procédures de la Banque en matière d’acquisition, de décaissement et de gestion financière, de sauvegardes environnementales et sociales et de s’assurer des mesures prises en vue d’une bonne coordination des activités entre la cellule d’exécution du projet et ses partenaires.

À l’occasion de ces échanges, la Banque africaine de développement a souligné l’engagement et l’implication de toutes les parties prenantes au projet et salué la qualité des personnes recrutées et leur grande expérience. La Banque a aussi insisté sur la nécessité de mettre en place les mesures opérationnelles nécessaires pour atteindre les résultats attendus. Il s’agit, notamment, du système de gestion axée sur les résultats et impacts, de la bonne coordination des activités, de la bonne information des acteurs, de l’approche participative et inclusive en termes d’opération, de durabilité, de pérennisation et de partage des connaissances.

« Nous réaffirmons notre soutien sans faille au projet et nous demandons de tout mettre en œuvre pour accélérer l’exécution des activités, en démarrant les travaux d’infrastructures prévus dans les délais indiqués », a déclaré Adama Ndiaye, secrétaire général du ministère sénégalais du Développement industriel et des Petites et moyennes industries. Il a rappelé que le personnel cadre de la cellule d’exécution du projet, au niveau central et régional, était en poste et avait pu débuter les actions opérationnelles et les missions sur le terrain. De nombreux dossiers de passation de marchés ont été ainsi élaborés et le programme des activités pour 2021 a été présenté et validé à temps par le comité de pilotage.

Le Projet de zone de transformation agro-industrielle du Sud, connu sous le nom d’Agropole Sud, est un des projets phares du Plan Sénégal émergent (PSE). Approuvé lors du Conseil d’administration de la Banque africaine de développement, le 18 décembre 2019, pour un financement de 43,1 millions d’euros (près de 50% du coût total), le projet s’inscrit dans le pilier I du PSE relatif à la transformation structurelle de l’économie du Sénégal. Il constitue une première phase pour le pays, dont le gouvernement prépare la création d’autres agropoles avec l’appui de la Banque. Des discussions sont en cours entre la Banque et d’autres partenaires pour mobiliser des financements additionnels, à cet effet.








TRIBUNE & DEBATS

POINT DE VUE - 08/09/2021 - Olivier Noudjalbaye Dedingar, Expert technique et journaliste indépendant

Cameroun : l’enrichissement illicite préoccupe

Tchad : le dialogue national inclusif est-il nécessaire ? Tchad : le dialogue national inclusif est-il nécessaire ? 06/09/2021 - Martin Hidgé Ndouba


ANALYSE - 11/10/2021 - Martin Higdé Ndouba

Tchad : la dépravation des moeurs, un fléau qui gangrène la jeunesse

Cameroun : question sociale et devenir du pays Cameroun : question sociale et devenir du pays 11/10/2021 - Pr Armand Leka Essomba, chef de Département de Sociologie, Université de Yaoundé I.