Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
SCOOP

Le trafic de l’essence frelaté en baisse au Togo


Alwihda Info | Par Info Alwihda - 24 Janvier 2017 modifié le 24 Janvier 2017 - 12:06


Le trafic de l’essence frelaté en baisse au Togo
Lomé, le 23 janvier 2017-Depuis plusieurs années, le gouvernement togolais a lancé une lutte contre le trafic de l’essence frelaté. Cette lutte qui a freiné le phénomène se traduit par l’opération entonnoir qui vise à éviter à l’Etat un important manque à gagner.

Plusieurs raisons expliquent la mise sur pied de l’opération entonnoir par les autorités togolaises qui ont fait de la lutte contre le trafic de l’essence de contrebande, une importante mission de service public. Ainsi, selon  Le Colonel Yark, ministre en charge de la sécurité et dont le département s’occupe de cette opération, la vente du carburant de contrebande est  un trafic dangereux sur le plan sécuritaire, économique et social.

Ce trafic de grande ampleur fait perdre à l’Etat près de 25 milliards de francs CFA chaque année. Il affecte aussi les activités des distributeurs. Grâce aux résultats obtenus à travers l’opération entonnoir, l’Etat envisage renforcer sa lutte afin d’en finir avec ce trafic qui affecte l’économie du pays. Le résultat de cette lutte est satisfaisant pour le compte de l’année  2016. Les quantités saisies par les agents de l’opération sont en baisse et le nombre de trafiquants diminue. Selon les chiffres communiqués par le ministère de la sécurité, en 2016 480000 litres de carburants frelatés ont été saisis contre 560 000 litres pour le compte de l'année 2015. 84 véhicules et 93 motos impliqués dans ce trafic ont été saisis contre respectivement 532 et  143 en 2015.

En ce qui concerne les arrestations, le nombre de personnes déférées qui s’élevait à 145 en 2015 est descendu à 27 en 2016. Cette baisse est due à la méfiance des trafiquants et des mesures draconiennes prises par le gouvernement. Des résultats qui donnent du crédit à cette opération bien pensée par le gouvernement togolais.

Dans cette même logique de lutter efficacement contre le trafic de carburant de contrebande, la Délégation à l’organisation du secteur informel (DOSI) a mis sur pied un projet d’installation de mini-stations. L’objectif visé est de rendre plus accessible aux populations les produits pétroliers. Le projet de la DOSI vient seconder la lutte engagée par l’Etat. Il permet surtout au gouvernement de faire comprendre à la population l’importance pour elle de se procurer en carburant dans les stations d’essence.



Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 4 Janvier 2018 - 09:05 Les dernières nouvelles de la Libye