Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
AFRIQUE

Protection de l’environnement : lancement du Consortium AGEOS pour la sauvegarde de la forêt équatoriale


Alwihda Info | Par - 14 Novembre 2018 modifié le 14 Novembre 2018 - 21:34

Composé du Gabon, de la Guinée équatorial, du Burundi, du Tchad et de la COMIFAC, le consortium relatif au « projet de surveillance de la forêt équatoriale, suivie et évaluation » a été lancé officiellement à Libreville.


Le projet GMES and Africa relatif à la surveillance globale de l'environnement et de la sécurité en Afrique, lancé le 9 novembre dernier dans l’auditorium du ministère des Eaux et Forêts de Libreville au Gabon, est une initiative qui contribue dans le domaine de l'observation de la terre et qui s’inscrit dans le cadre du programme spatial africain.

Cet atelier est donc initié sur le plan opérationnel, pour procéder d’une part au lancement officiel des activités du projet porté par le consortium AGEOS, et d’autre part, sur le plan de la communication. Il vise à informer les parties prenantes (notamment les utilisateurs finaux) et le grand public sur les détails du projet.

Plusieurs partenaires et experts étaient présents lors de cet atelier de phase 1 du projet, tels que l’Agence nationale des parcs nationaux, les représentants de chaque organisme, membre du consortium, à savoir l’Institut national pour la conservation de l’environnement de la Guinée équatoriale, l’Office burundais pour la protection de l’environnement, l’Agence de géolocalisation spatiale (AGEOS/Gabon), la Commission des forêts d’Afrique centrale (COMIFAC) et l’université de Moundou du Tchad.

Chaque institution a présenté à tour de rôle son apport au sein du consortium en s’appuyant sur les projets existants sur le continent africain ayant engendré des capacités intellectuelles et infrastructurelles dans l'utilisation des applications d'observation de la terre. Ces apports visent à améliorer les prises de décision dans la gestion de l'environnement, tout en fournissant des informations basées sur des données à la fois tangibles et fiables.

L’existence de l’initiative GMES and Africa a pour raison de continuer à répondre aux besoins croissants des pays africains quant à l’accès et à l’utilisation des données spatiales pour les politiques de développement durable via le déploiement et l'intégration de systèmes d'observation de la terre répondant aux exigences et aux besoins des neuf (9) domaines thématiques identifiés dont le suivi des forêts tropicales d’Afrique Centrale. 

« La commission va accompagner tous ces pays pour que le travail soit fait. C’est un travail spatial et nous voulons que tous les pays soient satisfaits du travail qui sera fait dans la mise à leur disposition des cartes-pays », a expliqué le représentant de la COMIFAC, Vincent Midjibé. 

Suite à l’appel d’offre publié par le projet GMES & Africa, le consortium composé de l’AGEOS (Gabon), la COMIFAC (Cameroun), l’OBPE (Burundi), l’Université de Moundou (Tchad) et l’INCOMA (Guinée Équatoriale) a soumis une proposition portant entre autres sur la thématique de la surveillance des forêts tropicales d’Afrique Centrale.

La proposition soumise par le consortium, portée par l’AGEOS, a été retenue parmi les 13 consortiums sélectionnés au total. S'en est suivi la signature d’un contrat financier. Les activités du projet peuvent à présent démarrer. A cet effet, les institutions partenaires du consortium se sont réunies à Libreville du 5 au 8 novembre pour mieux planifier les activités mais aussi informer clairement les autres parties prenantes des enjeux et des bénéfices du projet pour leur implication complète.

Djimet Wiche Wahili
Journaliste, directeur de publication. Tél : +(235) 66304389 E-mail : djimetwiche@gmail.com En savoir plus sur cet auteur