Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
INTERNATIONAL

RCA : Un document stratégique transmis à Déby, Sassou, Bongo, Obiang (MLD)


Alwihda Info | Par KODEGUE GUY SIMPLICE - 14 Janvier 2013


RCA : Un document stratégique transmis à Déby, Sassou, Bongo, Obiang (MLD)

 1 

ImageImage 

 

 

 

 

 

 

 

 

 OBJET:DOCUMENT STRATEGIQUE DU   

          Mouvement de Libération Démocratique 

     SUR LA TRANSITION POLITIQUE 

                           A LA 

 TRES HAUTE ATTENTION DES CHEFS  

       D'ETATS D'AFRIQUE CENTRALE 

 

Le vendredi 11 janvier 2013 , Fidèles à leur engagement lors du sommet du 21 décembre 2012,les Chefs d'Etats de la CEEAC ont arraché aux forceps un accord au dialogue inter centrafricain  de Libreville, suite aux événements du 10 décembre 2012.Nous tenons à les féliciter pour les efforts incessants qu'ils mènent pour aboutir à un début de processus de paix dans la sous région d'Afrique Centrale en général et en Centrafrique en particulier. 

Son Excellence, Monsieur IDRISS DEBY ITNO, Président de la République du TCHAD, Président en exercice de CEEAC pour sa attachement aux valeurs de la paix, de la stabilité de la sous région d'Afrique centrale 

Son Excellence, Monsieur DENIS SASSOU NGUESSO, Président de la République du CONGO, Président du Comité de Suivi, pour son implication personnelle dans la résolution de cette crise centrafricaine 

Son Excellence Ali BONGO ODIMBA, Président de la République du Gabon pour avoir accepter la tenue  de ce dialogue sur le sol gabonais , 

Son Excellence, Monsieur THEODORO OBIANG NGUEMA MBASOGO ,Président de la République de Guinée Équatoriale, qui a accepté de faire le déplacement de Libreville, 

2 

Nous saluons aussi l'engagement de toutes les parties à trouver les solutions durables à cette crise qui ajoutée à bien d'autres,  ont mis en péril l'unité nationale et empêche notre pays d'aller de l'avant. 

 Le Mouvement de Libération Démocratique (MLD), parti politique né à la suite du décès de l'ancien président PATASSE EN VUE DE MENER UN COMBAT REPUBLICAIN POUR LA RESTAURATION DE LA DEMOCRATIE, tient à faire les mises au point suivant et apporter sa modeste contribution pour une sortie de crise: 

 

Le MLD, est le prolongement naturel et sans compromission des actions démocratiques  que menait le Front pour l'annulation et la Reprise des élections du 23 janvier 2011(FARE),structure intermittente  qui avait été critiqué pour son manque d'efficacité, de lisibilité face aux profondes aspirations du peuple centrafricain. 

Les événements du 10 décembre 2012, à l'initiative des forces contestataires au pouvoir central dirigé par le Président BOZIZE, a permis aux forces vives de la nation avec l'appui de la communauté internationale de se mettre autour de la table. 

Nous déplorons, seulement que ce rendez qui devrait être historique pour que le peuple centrafricain proclame   en chœur" PLUS JAMAIS CELA" ,n'a pas connu la participation équilibrée de l'ensemble des acteurs de la vie nationale et l'exclusion délibérée de plusieurs forces politiques et de la société civile dont le rôle est confiné dans un statut d'observateur(y compris le MLD). Qu'à cela ne tienne, la communauté internationale est fatiguée de venir au chevet d'un pays dont les principaux acteurs n'ont nullement le sens de l'intérêt supérieur, et s'activent toujours pour des partages de poste de responsabilité au détriment  du strict minimum que réclame le peuple, concernant les secteurs vitaux que sont: l'eau, la santé,  l'éducation, l'assainissement...... 

Au lendemain de cet accord sensé juguler une crise dont les causes sont profondes, nous en appelons à tous, à l'esprit d'humanité qui nous habite. Cette période de transition, pour l'amorce d'un processus véritablement démocratique, est délicate  et mérite une attention particulière compte tenu des forces en présence et de certains pesanteurs déjà perceptibles qui, si on ne fait pas attention replongera le pays dans une nouvelle crise. 

 

             LES ACCORDS 

La tentation et la volonté de trouver une issue politique coûte que coûte, improvisée, mal préparée, auront très certainement des répercussions sur les institutions, le contenu de la transition, la mission de la transition, les hommes et les femmes qui doivent la conduire dans une parfaite harmonie. Dans une négociation chaque camp n'aura pas nécessairement tout ce dont il a besoin : 

 

          Du Président Bozize et son camp 

 

  Le président Bozize a été dépouillé des prérogatives constitutionnelles dont il dispose mais reste Président de la République. C'est en fait un rôle honorifique, justifié par cette volonté générale eu égard aux manquements graves aux charges des fonctions qui sont les siennes depuis 2003 à nos jours .La véritable question est de savoir s 'il sera de bonne foi cette fois- ci, à entendre les voix du peuple et tenir les engagements issus de cet accord? Le  Président BOZIZE n'aura t-il pas la tentation, fort d'une assemblée nationale acquise à lui, et ce pendant encore un an ,de faire blocage aux fonctionnements de l 'activité gouvernementale dont le Premier Ministre est issu d'une opposition dont il n' a que de mépris pendant 10 ans de pouvoir ? 

 

3 

Durant ces derniers jours précédant la signature de l'accord, les observateurs de la vie nationale ont très vite été surpris du phénomène d'instrumentalisation à outrance de la population vis à vis des ressortissants étrangers considérés comme  des responsables du malheur centrafricain,  la communauté musulmane principalement visée: les Goulas et Roungas. Ce qui  crée déjà un climat délétère et compromet dangereusement la cohésion nationale. Il s'est installé en peu de jours un sentiment de haine et de rejet d'une partie de la population  centrafricaine composée essentiellement des ethnies des zones où la rébellion a débuté et qui s'est cristallisée. 

Des bandes de personnes ayant des visées criminelles ont été spontanément constituées avec ou sans l'appui des autorités .La misère et la pauvreté aidant, ces bandes commettent en toute impunité des délits, des crimes, des violations graves des droits humains, les familles   proches des leaders de l'opposition ,pourchassées ,torturées, la radio et la télévision nationales sont transformées en des instruments de propagande, de  haine, et d'incitation à la violence aveugle 

A la faveur de cet accord, il ne doit plus y avoir un camp dit du président BOZIZE ni de l'opposition armée et ou démocratique. Mais est ce possible ?Tout dépend de la volonté réelle et de l'état d'esprit du Président Bozize et son parti le KNK d'être des prometteurs de la culture de la paix .Les centrafricains ont la capacité et peuvent se constituer en acteur clé de la promotion de cette culture de paix s'ils en décident ainsi. C'est ici le rôle des responsables politiques de faciliter et de contribuer, à l'appropriation par tous des valeurs démocratiques fondées sur la tolérance, le respect de l'autre ,de ses opinions, du dialogue permanent 

 

De la constitution ,ses mécanismes de fonctionnement face à cette nouvelle mesure de nature politique 

 

Au vu de cette crise, des solutions essentiellement politiques ont été prises pour accompagner le fonctionnement de la constitution à titre dérogatoire. Ce qui implicitement confirme la mise en suspension momentanée de la constitution .Dans ce cas le Président BOZIZE ne peut sous des prétextes , si d'aventure l'intention y est, faire blocage ni enfreindre aux fonctionnements des Institutions de la République pendant cette période exceptionnelle. 

  • En revanche au regard des nouvelles décisions politiques, le Premier Ministre est issu de l'opposition et n'est pas révocable par le Président de la République ..........Il a une mission spécifique qui est celle de gestion de crise dont le contenu est abstraite et ni spécifié. Pour plus de cohérence ,de lisibilité, d'efficacité nous mettons à contribution ce qui suit: 

  •  La création d'un ministère chargé des élections pour éviter  la renaissance de nouvelles crises, ce ministère doit jouir  d'une indépendance totale   

  • Le cumul de mandat, des fonctions  est prohibé par la constitution .Par conséquent le Président de la République en sa qualité de Chef Suprême des armées ne peut jamais associer son mandat de Président de la République à celui d'un ministère régalien en l'occurrence le ministère de la Défense, ni s'immiscer dans les affaires de la sécurité, et de l'administration du territoire 

 

             DU PREMIER MINISTRE ET DU PROGRAMME DE TRANSITION 

  • Le Premier Ministre est un premier ministre d'exception avec une feuille de route précise qui est celle de la gestion de la transition. Ce n'est ni une mission de cohabitation par consensus systématique ni  encore de subordination par  rapport au Président de la République. Ce qui n'empêche pas le principe d'une bonne gestion de  

  •  

4 

  • l'administration et des institutions en parfaite harmonie avec le Président de la République. 

 

  • Les membres du gouvernement qui seront désignés et nommés proviennent  des composantes hétéroclites, ce qui leur imposent une cohésion institutionnelle indispensable à la sauvegarde des intérêts supérieurs de la Nation, 

        A ce titre ils ne doivent pas être le relais des ambitions démesurées de leurs familles   respectives ,ce qui éviterait la prise en otage des institutions de la transition, y compris le Président Bozize 

 

  • La restauration de la sécurité sur toute l'étendue du territoire est la pierre angulaire de la transition 

Pour ce faire la démobilisation et la réinsertion des ex combattants s'imposent  comme priorité régalienne au terme de ce processus de transition  .L'accord concerté des intéressés avec l'appui de la Communauté Internationale d'ici la fin du mandat du Président BOZIZE 

  • Faire table rase des anciennes méthodes de démobilisation et réinsertion et envisager une méthode axée à l'obligation de résultat 

 

  • Renouer la confiance auprès de la population victime des discours xénophobes ,anti blanc, anti français ,anti américain, anti étranger 

 

  • Le gouvernement de transition doit être une institution crédible, capable d'atteindre les missions essentielles qui lui sont assignées pour le retour  d'une paix véritable et durable 

  • Eouvrer à la réconciliation et  au rétablissement d'une confiance réciproque entre toutes les communautés vivant en Centrafrique 

  • Conduire sa mission en  toute  indépendance , détermination, équité, sérénité et dans la justice  

  • Œuvrer à la construction d’une  nouvelle Centrafrique, réconciliée avec elle même et en paix 

  • Faire preuve d’une grande capacité d’écoute à l’égard de toutes les couches sociales.  

  • Les maîtres mots de cette équipe de transition sont: Accessibilité     Lisibilité, Visibilité,  Crédibilité     Confidentialité     Rigueur et Efficacité   Cohérence     Respect     Compétence     Collégialité 

  • Relancer le programme de DDR 

  • Initier des opérations frontalières de sécurisation établir une armée de cohésion et renforcer sa capacité 

  • Garantir la sécurité des personnes et des biens 

  • Gouvernance 

  • Asseoir des institutions démocratiques crédibles et transparentes 

  • Organiser les services, les écoles ,les centres de sante  et  pour cela 

  •  Négocier avec les Nations unies l' ouverture d'  un couloir humanitaire rapide 

  • Initier pareillement un programme d'urgence  sociale qui sera objet d'une table ronde pour mobiliser les ressources et appuyer les initiatives dans les zones touchées 

  • Favoriser l' environnement des affaires et incitation a l' investissement privé 

  • Diversification et modernisation de l' économie 

  • Justice indépendante, impartiale et efficace 

 

5 

  • Communication (rendre accessible les medias à l'ensemble des forces vives de la nation, la protection des professionnels des médias, faire de ce ministère, un ministère de la culture de la paix et de réconciliation 

  • Relance agricole 

  • Transport 

  • Lutte contre la pauvreté 

  • Environnement 

  • Création d emploi  

 

DE LA DESIGNATION DU PREMIER MINISTRE 

 

Face aux enjeux de cette crise nous aurions souhaité un profil axé sur une personnalité neutre issue de la société civile, totalement indépendante et libre lui permettant de conduire avec impartialité cette fonction. Ce qui à l'avantage de contourner toutes formes de pesanteurs liés aux acteurs et aux structures qui composeront le dit gouvernement .Compte tenu de la gravité de la situation centrafricaine, une enquête approfondie du profil et de la personnalité des personnalités s'avère nécessaire. 

Mais compte tenu de notre absence à ces assises et fort des recommandations issues de ce pourparlers, le Premier Ministre qui sera issu de l'opposition démocratique doit  être hautement compétent, et politiquement averti compte tenu de la profondeur de la crise. . Une équipe très réduite  composée de personnalités ayant des   compétences affirmées pour être à la hauteur des enjeux du pays l' accompagnera dans sa délicate mission .C'est pourquoi notre parti en toute responsabilité prend acte des résultats de ce dialogue et exhorte en même temps les Chefs D'ETATS de bien vouloir apporter l'appui nécessaire et indispensable pour le succès de la transition. 

 

 

Tels sont les contributions de notre parti que nous vous soumettons à toutes fins utiles. 

 

                                TRES HAUTE CONSIDERATION 

 

   FAIT  A PARIS LE 12 JANVIER 2013 

 

  KODEGUE GUY SIMPLICE                                                        

  Membre Fondateur du MLD