Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
ANALYSE

Séléka nous a t-elle surpris ?


Alwihda Info | Par Louis-Firmin KONGOUBE - 14 Septembre 2013


Louis-Firmin KONGOUBE
Louis-Firmin KONGOUBE
Chers Compatriotes,
 
C'est de la bonne guerre Alain Lamessi ou Alain Mégba
 
Tous les moyens sont bons et acceptés pour parfaire son objectif. 
 
Supposons que c'est vrai le récit facebook de mr Mégba dans la stratégie des partisans  de Martin Ziguélé ; tous ces événements, tous ces périls nous (re)-commandent à tous d'être vigilants, aguerris, sceptiques et avertis. De devenir très forts psychologiquement pour d'autres Séléka en gestation. 
 
Je ne rêve pas, je n'ai rien contre la candidature de ceux qui ont exercé le pouvoir en R.ca depuis les années 80 à ce jour.
 
Que ceux-ci assument pleinement leur passage dans les différents départements ministériels qu'ils ont occupés jusqu'à la primature.

Qu'est ce qu'ils ont déjà fait pour ce pays. En Côte d'Ivoire, Alassane Ouattara ne s'est basé que sur les deux années passées comme chef du gouvernement  pour avoir son fonds de commerce.
  
Chers compatriotes, pour les lanceurs d'alerte que nous connaissons bien, la nébuleuse Séléka n'est pas née ce 12 décembre 2012 ni le 24 mars 2013. 
 
Séléka était déjà là depuis ces fameuses crises politico-militaires pompeusement appelées mutineries, voire juste après la Conférence de la Baule.
 
Centrafricains, Séléka était déjà là dans le meurtre du docteur Conjugo, de Grélombé et son fils Martin, de Parfait Bida, dans le passage à tabac de Karim Meckassoua alors directeur de cabinet de Jean-Paul N'Goupandé premier-ministre en fonction. Dans les interdictions fantaisistes de sortie du territoire pour ceux qui ne partagent pas les idéaux du parti au pouvoir, dans le contrôle aux faciès pour ceux portent les djellabah. 
 
Séléka était là dans l'affaire Koudoufara, elle y était avec l'assassinat du préfet Colonel Réhot, du général N'djadder et la vengeance aveugle qui en a suivie. 
 
Qui n'a pas vu Séléka à l'ambassade de France en 1999 avec les acteurs politiques de l'époque : "Lakoué, Ngoupandé, Kolingba, Gouandjika, Adama-Tamboux, le représentant de l'Onu l'ambassadeur nigerian Adeniedji, l'ambassadeur de France JM Simon pendant les négociations des alliances d'avant le premier tour des élections de la même année ?"
 
Séléka était déjà là avec l'enlèvement de Prosper Ndouba porte-parole de notre barbu national, la disparition de Massi, la mise à mort du garde du corps de Tiangaye dans les locaux de la gendarmerie nationale, l'incendie ordonné par le président de la république pour détruire les maisons des diacres de l'église Kina à Bangui qui auraient commandité la destruction la résidence pastorale de Fiongaye ?
 
Les frasques des enfants Bozizé qui ont poussé leur paranoïa jusqu'au cimetière de N'Dress pour enterrer un jeunehomme vivant, dans la boucherie de Paoua, de Kémbé, de Bossangoa... 
 
Qui n'a pas entendu parler de Séléka pendant le recrutement monnayé des nouveaux éléments dans les Faca l'été 2012 ? et quelle a été la réaction des recalés ?
 
De tels exemples sont innombrables depuis des années. 
 
La Séléka est en quelque sorte un véritable avertissement pour nous qui croyons encore en l'avenir de notre R.ca - Éternelle
Le désordre et la confusion sont les propriétés de la sottise centrafricaine ; la suprême intelligence du génie centrafricain doit s'en éloigner, et les combattre chaque fois qu'elle les rencontre.
 
Nous avons encore du chemin, nous ne désespérons pas pour toi R.C.A la mère patrie.
 
La Résistance Nationale Centrafricaine et Républicaine, avec Louis-Firmin Kongoubé. Paris