Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
ACTUALITES

Tchad - Cameroun: Le pipeline en procès à Yaoundé


Alwihda Info | Par - KEBIR - 8 Octobre 2008

Les riverains de l’oléoduc et la société civile estiment que les paramètres socio-économiques et environnementaux du projet ne sont pas respectés.


Tchad - Cameroun: Le pipeline en procès à Yaoundé
“La situation des populations situées le long du tracé du pipeline Tchad – Cameroun s’est considérablement dégradée et nécessite des actions fortes, éloignées des saupoudrages de toutes sortes.” L’alerte est de la Fondation camerounaise d’action rationnalisées et de formation sur l’environnement (Focarfe).

Cette Ong a rendu publique vendredi dernier à Yaoundé, les résultats de son enquête sur les effets du projet de pipeline au Cameroun.

Pour les populations enquêtées, comme pour leurs représentants au cours de la restitution de l’évaluation, le bilan social après cinq ans de pipeline est lourd sur presque tous les plans. En effet, plus de 90 % des populations riveraines de l’oléoduc estiment que ce projet a plus causé de dégâts qu’il n’en a résolus :

“Les pygmées ne sont toujours pas intéressés par l’école et l’agriculture, parce qu’ils ne sont pas suivis. Ils manquent toujours de soins de santé et de logements. Ils doivent attendre plusieurs années avant d’avoir leurs cartes d’identité alors qu’ils payent 1500 F Cfa pour cela ”, explique Jeanne Nua, une leader d’opinion pygmée, représentante des peuples autochtones. Benoît Malapa, le représentant des pêcheurs de Kribi va dans le même sens : “Les rochers qui servaient de repères naturels aux poissons ont été dynamités. Les poissons se sont éloignés. Pour les retrouver, certains pêcheurs vont si loin de Kribi qu’ils arrivent à communiquer verbalement avec ceux partis de Douala. Les filets sont souvent endommagés par les installations du pipeline. Tout cela se passe sans dédommagements…”, soutient-il.

Des destructions sans réparation

La liste de destructions sans réparation de la société responsable de la construction du pipeline au Cameroun (Cotco) paraît interminable dans les témoignages. D’après l’étude de la Forcafe, les populations n’ont tirés que des bénéfices sommaires du pipeline, un projet que la Banque mondiale avait avalisé comme allant leur permettre de sortir de la pauvreté. Cinq ans après l’arrivée du premier baril de pétrole sur la côte atlantique camerounaise près de Kribi, en provenance de Doba au Tchad, les 242 villages camerounais que traverse l’oléoduc n’ont pas connu le développement escompté.

Le pipeline aura par contre, conduit à l’abandon de l’agriculture et de l’élevage dans certaines localités. Les populations n’ont eu droit qu’à des salles de classes et quelques dons de fournitures. Les écoles, les routes et les dispensaires restent attendues, tandis que l’étude démontre que des routes et des ponts se sont fissurés au passage des engins lourds de la Cotco. La situation sanitaire des villages se serait également détériorée du fait de la pollution de certains points d’eau potable, sans mesures de remplacement. Les maladies sexuellement transmissibles et le Sida se sont amplifiés au passage du pipeline avec l’afflux des populations à la recherche du travail.

Les compensations, quoi que débutés en 1997, se sont réalisées avec des d’écarts à tous les niveaux d’après l’Ong. Elles auraient été inadéquates, et n’ont été précédées d’aucune sensibilisation des bénéficiaires qui ont dilapidés l’argent reçu dans des dépenses somptuaires. Aussitôt cet argent terminé, les bénéficiaires sont retombées dans la pauvreté, ayant perdu champs et demeures au passage du pipeline. 84 % des enquêtés affirment que le projet n’a pas apporté de qualification aux employés, pour la majorité recrutés comme manœuvres sur une période de un à trois mois.

L’approvisionnement en eau potable semble l’unique point de progrès enregistré au passage du pipeline. La Focarfe relève cependant de nombreux cas de surfacturations du matériel remis aux populations. Des moulins et des puits sont aussi demeurés inexploitables depuis leurs livraisons. Le “ bilan social ” la plate forme regroupant Cotco, le Comité de pilotage et de suivi des pipelines et les Ong, a été mis sur pied en 2005 pour résoudre les revendications des populations. Quatre vingt deux cas sont actuellement à l’étude au niveau de cette plate forme.

La Focarfe propose qu’il soit accordée une royalties de 10% aux populations riveraines sur les taxes qui seraient prélevées sur le transit en territoire camerounais. Le projet de pipeline Tchad-Cameroun, mené par le Consortium Exxon-Petronas-Chevron a coûté 3,7 milliards de dollars. Il comporte l’exploitation de 300 puits dans trois champs pétrolifères au Tchad et le transport du pétrole à travers un oléoduc souterrain s’étendant sur 1 070 Km, dont 891 sur le territoire du Cameroun. Il traverse 242 villages repartis dans cinq provinces du Cameroun et rapporte en terme de droits de transit, 0,31 dollars par baril à l’Etat camerounais.

Marc Jiofack


Honoré Ndoumbe Nkotto : “Les riverains du pipeline ont droit à une redevance pétrolière”



Écrit par M.J. (Stagiaire) Mardi, 07 Octobre 2008 13:32


Le coordonnateur national du Focarfe explique la méthode et les objectifs de l’étude que vient de mener son Ong.

Pourquoi une étude sur les effets du pipeline ?

Le gouvernement à travers le Comité de pilotage et de suivi des pipelines (Cpsp, ndrl) qui est l’organe étatique de pilotage du pipeline avait déjà commandité une étude sur cette question, tout comme la Cotco l’avait également fait.

Mais à ce jour, on n’a eu droit qu’à quelques bouts des résultats de leurs études. La Focarfe a réalisé une enquête dans vingt huit villages, les mêmes que ceux sur lesquels portait l’étude de la Cotco. Nous avons interrogés le même nombre de personnes, afin de produire les résultats les moins contestables possibles. Il s’agissait de savoir si les effets escomptés sont atteints, qui bénéficie du projet, qu’elles sont les difficultés et afin de faire des recommandations sur la base de résultats concrets.

Cotco avait estimé que le bilan social du pipeline était presque clos. Vous dites aujourd’hui le contraire

En 2005, on est passés du processus de “ clôture sociale ” de Cotco, au “ bilan social ” qui rassemble cette société avec le Cpsp et la société civile. Si le pipeline a permis au Cameroun d’engranger des recettes de près de 55 milliards de F Cfa entre 1996 et 2008 au titre du droit de transit du pétrole, les riverains du pipeline ont vu leurs conditions de vie se dégrader avec la diminution des récoltes. Le Plan de gestion de l’environnement et le plan pour les populations autochtones, recommandés par la banque mondiale, n’ont pas compensé les pertes diverses des peuples riverains de l’oléoduc. Sur 42 recommandations faites par le Groupe international consultatif, 17 seulement ont été résolues par Cotco sur une moyenne de trois ans.

Qu’est-ce qui explique ce décalage entre les attentes et la réalité ?

Nous relevons tout d’abord une faiblesse du processus de consultation des populations et une absence de dialogue avant, pendant et après le projet. Il aurait fallu sensibiliser les populations sur tous les aspects du projet, aussi bien sur les gains que les risques et la manière de les éviter. Le consentement des populations aurait du être requis. L’absence de visibilité est source de déstabilisation sociale. L’autre point faible a été la faible capacité d’anticipation de l’Etat. Le Capes, un programme de renforcement des capacités des Camerounais au pipeline a commencé après le début des travaux. Ce qui est une incohérence. Plus grave encore, il existe une carence de cadres juridiques, qui se matérialise par une absence des procédures de contraintes vis-à-vis des sociétés qui gèrent de tels projets au Cameroun. Même l’influence de la Banque mondiale ne garantie pas que les communautés puissent bénéficier du projet. La corruption et les rackets des administrations locales et le manque de transparence ont favorisé les écarts.

A quel usage destinez-vous ces résultats ?

Nous proposons un état des lieux sur la réalité du terrain, qui peut servir de base à un plan de redressement. Il permet de mesurer les contours du mal et de savoir ce qu’une solution au problème peut coûter. Le redressement peut être financé par le consortium responsable du problème, à travers le processus de bilan social. La deuxième source de financement pourrait être une redevance prélevée par l’Etat sur le pétrole, comme cela se fait pour les extractions minières et forestières. Cette redevance pétrolière sera destinée aux populations riveraines du pipeline qui subissent des dommages et restent exposées à des dangers du fait de cette proximité. Il y a eu un premier déversement accidentel de pétrole à Kribi en 2007. Le plan de déversement accidentel n’est toujours sorti des tiroirs. Cela signifie qu’on ne sait pas quelle mesure sera prise en cas de déversement, alors qu’il est prévu 180 jours avant le début de l’exploitation selon les normes. Cinq ans après, on attend encore…

Marc Jiofack