Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
INTERNATIONAL

Tchad-Israël : une coopération qui s'annonce fructueuse


Alwihda Info | Par - 21 Janvier 2019 modifié le 21 Janvier 2019 - 01:23


Poignée de main entre Idriss Déby et Benjamin Netanyahu. ©
Poignée de main entre Idriss Déby et Benjamin Netanyahu. ©
Le Premier ministre israélien a décidé, lors de sa visite d’amitié et de travail effectuée ce dimanche à N’Djamena, de normaliser ses relations diplomatiques avec le Tchad, rompues depuis 1972. Le président Idriss Deby Itno et le premier ministre israélien Benyamin Netanyahu ont eu long entretien à huis clos avant d’élargir aux membres de leur délégation respective.

Ils ont ensuite pris part à la signature d’un mémorandum d’entente en matière de coopération sécuritaire, agricole, énergétique, sanitaire et prévoient aussi la nomination des ambassadeurs dans leurs deux pays respectifs dans les jours à venir.

Le président Deby a tenu à rappeler son attachement à la sécurité d’Israël, son soutien à la cause palestinienne et à la solution des deux Etats. La visite n’a duré que quelques heures mais, l’échange est cordial entre les deux hommes d’Etat.

Le premier ministre israélien Benyamin Netanyahu a indiqué qu’ils peuvent faire beaucoup de choses ensemble et ont discuté des moyens d’approfondir leur coopération dans tous les domaines, à commencer par la sécurité, l’agriculture, la nourriture, l’eau, l’énergie, la santé et bien d’autres.

A la veille de son arrivée à N’Djamena, un avion militaire a déposé une délégation de soixante personnes, essentiellement des militaires et des agents de renseignement du Mossad, dans la capitale tchadienne, partis s’installer à l’hôtel Hilton.

Une coopération en matière sécuritaire

La visite du premier ministre israélien s’inscrit dans le cadre du renforcement de coopération sécuritaire après celle accomplie par le président Idriss Deby en novembre dernier.

Le président tchadien, Idriss Deby Itno s’est réjoui de ses relations avec un allié stratégique dans le domaine sécuritaire au moment où l'armée fait face à un comité d’auto-défense qui contrôle la localité de Miski au Tibesti. Le président tchadien entend mettre à profit la normalisation de ses relations diplomatiques pour se doter nouveaux équipements à savoir des armes et du savoir-faire israélien dans la lutte contre le comité d’auto-défense, les rebelles tchadiens basés dans le sud de Libye et contre les djihadistes.

L’Agence nationale de sécurité (ANS) dispose déjà du matériel d’écoute israélien qu'elle utilise pour intercepter les communications satellitaires. Elle cherche à améliorer son dispositif en acquérant de nouveaux équipements pour intercepter les communications via les réseaux sociaux. L’armée tchadienne dispose notamment du RAM 2 000 Mk III, un 4x4 blindé israélien.

Apres l’attaque éclaire menée sur la capitale en février 2008 par des rebelles tchadiens pour renverser le président Deby, les dissensions entre rebelles qui ont finalement permis à Deby de reprendre la main grâce l’aide précieuse de conseillers israéliens, l’ont aidé à obtenir des armes en Ukraine et faire venir des pilotes de ce pays. Depuis lors, le président Idriss Deby Itno a obtenu d’importants matériels militaires israéliens fournis par des sociétés privées avec l’aval du gouvernement.

Le président Idriss Deby entretenait des contacts avec les autorités israéliennes et obtient directement des informations du Mossad dans la lutte contre les djihadistes, notamment en Libye, et les rebelles, selon une source sécuritaire.

Des préparatifs depuis juillet 2016

Les préparatifs de la reprise des relations diplomatiques entre le Tchad et Israël ont commencé en juillet 2016 avec la visite de Dore Gold, alors directeur général du ministre des Affaires étrangères, au président tchadien dans son palais de Fada, en plein désert. L’ex-ambassadeur d’Israël à l’Unesco accélère en prenant contact avec Philippe Hababou Solomon, l’homme d’affaires franco-israélien pour lui annoncer que son pays voudrait reprendre ses relations diplomatiques avec le Tchad.

Le Premier ministre israélien et le chef du conseil national de sécurité, Meir-Ben-Shabbat, gèrent les préparatifs. Du côté tchadien, le dossier est suivi directement par le président Deby et les sécurocrates du régime. Djiddi Saleh, conseiller à la sécurité et ex-directeur général de l’ANS, et Kérimo Deby Itno, son fils, qui dirige la coopération militaire au ministère des Affaires étrangères, l’accompagnent en novembre en Israël.

Netanyahu cherche aussi à consolider son influence, à travers le Tchad, au sein de l’Union africaine dont le président de la Commission, Moussa Faki Mahamat, est un proche de Deby et de son ancien Premier ministre. Cela permettrait à Israël d’obtenir un poste d’observateur au sein de l’institution. D'ailleurs, Israël a déjà fait des propositions de coopération technique (sécurité, agriculture, sciences et technologies), toutefois l’Afrique du Sud, l’Algérie et le Soudan s’y étaient opposés.

D’autres pays comme le Togo, l’Ethiopie, le Kenya ou l’Ouganda y étaient favorables. La normalisation avec le Tchad s’inscrit dans le cadre de la politique étrangère de Netanyahu pour renouer ses relations diplomatiques avec les pays musulmans en se servant du Tchad comme un exemple d’ouverture, un pays à majorité musulman.

Djimet Wiche Wahili
Journaliste, directeur de publication. Tél : +(235) 66304389 E-mail : djimetwiche@gmail.com En savoir plus sur cet auteur