Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
CULTURE

Tchad : Ngass David conseille le peuple


Alwihda Info | Par Aweina Djovouna - 5 Mai 2017 modifié le 5 Mai 2017 - 00:37

Ngass regrette qu'aucun artiste ne puisse produire les meilleurs de lui-même, puis qu’il ne peut vivre de son art. Néanmoins, il reste optimiste « mon rêve est de voir mes images passées sur les chaines de télévisions comme les autres artistes ».


Tchad : Ngass David conseille le peuple
Tchad : Ngass David conseille le peuple
Jeudi 4 mai 2017 à 10h, l’enfant de Sawa a animé une conférence de presse au Hors bord 5 sur 5 de Chagoua dans le 7ème Arrondissement de N’Djaména. A l’ordre du jour, l’annonce de la sortie de son troisième album. Compte rendu.

Tarkôdji, c’est le nom de cet album. En langue Ngambaye, qui veut dire « conseil ». Dans cet album, le fils de Moundou touche des problèmes sociaux qui sont galopant dans notre société : les prejugés, les prostitutions avec leurs séquelles pour n’en citer que les deux. A ce sujet, Ngass David evoque la question de la Rose-Croix qui prend de l’ampleur. De son avis, il n’est pas rare de constater qu’à la moindre ascension, les gens dirent « il est entré dedans ». Concernant la prostitution, Ngass met les filles en garde. Pour lui, lorsqu’un homme découvre une fille, il la jette comme un cleanliness. L’auteur n’y a pas occulté le phénomène de « vache maigre ».

En reponse aux journalistes l’enfant de Sawa souligne que cet album enregistré et multiplié à 1500 exemplaires est financé à plus de 90% par lui-même. Seulement, deux ou trois personnes l’ont soutenu. C’est pour quoi Ngass menace « si on me remettait le pouvoir aujourd’hui, je privatiserai le ministère de la culture » Pour l’artiste, les institutions en charge de la jeunesse et de la culture, à l’image de FONAJ, FONAP, etc. ne font que de la figuration dans ces secteurs. Le Bureau Tchadien de Droit d’Auteur, ne fait malheureusement rien non plus.

Dans cette situation, regrette Ngass, aucun artiste ne peut produire les meilleurs de lui-même, puis qu’il ne peut vivre de son art. Néanmoins, il reste optimiste « mon rêve est de voir mes images passées sur les chaines de télévisions comme les autres artistes ».

Rappelons qu’en 2010, Ngass a sorti son premier album titré « COURAGE ». Le deuxième, en 2013 « FEU DE BROUSSE » dans lequel le titre « opération cobra retient l’attention des hautes autorités, selon les propres termes de Ricardo modérateur de la dite conférence. Il publie cette fois-ci « TARKÔDJI » dont il dit avoir fait un travail sérieux sur la sonorité et le font. Comme toujours, cet album est chanté en langue Ngambaye. De très bonne qualité qu’il est, l’album coute 5000 CFA.