Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
REPORTAGE

Tchad: entrepreneuriat, l'issue de secours des jeunes diplômés sans emploi


Alwihda Info | Par Tchonchimbo Ouapi Raphaël - 24 Mai 2021


Pendant que certains jeunes diplômés sans emploi tentent la piste de la fonction publique pour leur intégration, d'autres, audacieux et pleins d'espoirs, tentent l'aventure dans les domaines où ils se sont formés, dans l'objectif de sortir la tête de l'eau.

Bon nombre de jeunes ambitieux n'ont plus la tête aux financements octroyés par les parents ou par les banques. Certains d'entre eux estiment que ce temps est révolu.

Soudure, peinture, carreaux, décoration, bâtiment, plan 3D, réalisation des monuments historiques, sculptures d'animaux sauvages et domestiques ; ce sont là les talents d'un jeune homme aux multiples facettes. Détenteur d'un atelier dénommé "La maison d'art service", situé dans le 9ème arrondissement de N'Djamena, juste à la sortie sud du pont à double voie, Noudjibaye Service est un jeune qui a su s'imposer par son savoir faire.

C'est ainsi qu'il a voulu retracer l'histoire de la maison d'art pour galvaniser tous les jeunes qui sont à la recherche d'un emploi.

Après avoir abandonné l'école en classe de 3ème, il a décidé d'aller au Nigeria en 2016 pour se former dans le domaine du bâtiment. "Je n'ai pas appris à faire les sculptures des animaux, cela m'est venu en songe lors d'un sommeil et le lendemain tôt dans la matinée, j'ai mélangé du ciment et de la boue pour fabriquer le monument d'un lion", affirme Noudjibaye Service. Le jeune entrepreneur se sent bien à l'aise dans ce boulot car il a toujours rêvé d'être son propre patron.

Pour lui, ça ne sert à rien de perdre le temps pour des financements car il vaut mieux commencer avec le peu de moyen et le reste viendra. "Être entrepreneur, c'est prendre des risques et prendre de risques c'est accepter d'être fou pendant un moment pour arriver à un rendement parce que le climat des affaires est compliqué au Tchad", souligne-t-il.

Dans ses propos, Noudjibaye Service laisse entendre qu'entreprendre aujourd'hui est la meilleure option de sortie de la dépendance vis-à-vis des parents. Autrement dit, un chemin vers la liberté financière.

"Les jeunes diplômés doivent regarder leurs talents qui constituent une richesse, que d'organiser des marches de revendications pour l'intégration à la fonction publique étant donné que le pays est tellement vaste, vierge et dont les richesses culturelles, pastorales et agricoles ne sont pas à démontrer", renchérit-il.