Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
SCOOP

Vodafone: "Un danger pour le Cameroun et le Royaume des Pays-Bas"?


Alwihda Info | Par - 19 Juin 2017 modifié le 20 Juin 2017 - 08:05

Voici le discours prononcé à Douala le 12 Juin 2017 par IBRAHIM ZAKARI, Directeur Général du Centre de Commerce Extérieur et de Relations Extérieures (CCERE);à l'occasion de la cérémonie de remise du Memorandum aux autorités camerounaises dans le cadre de l'affaire NORTHWAVE SARL.



Monsieur le Gouverneur de la région du Littoral,
Monsieur le préfet du département du Wouri,
Monsieur le sous-préfet de l’arrondissement de Douala 1er,
Messieurs les Représentant du Groupe AFRIMAX, chers investisseurs, et invités
Mesdames et Messieurs,
Recevez par ma modeste voix, les salutations cordiales et sincères du Centre de commerce extérieur et de relations extérieurs, ceci en ma qualité de Directeur Général dudit Centre.
Les règles de politesse les plus élémentaires voudraient qu’avant de prendre la parole devant toute assemblée, l’on décline son identité. Je ne dérogerai point à cette règle de bienséance, qui concoure à creuser le fossé entre l’homme de l’animal,  et je commencerai de prime abord, par vous présenter de manière succincte mais claire, le Centre de Commerce extérieur et de relations extérieures.
Société à Responsabilité limité de droit Camerounais,  le Centre de Commerce Extérieur et des Relations Extérieures (CCERE) est une plateforme d’accueil, et d’accompagnement des investisseurs étrangers au Cameroun. Il s’agit plus spécifiquement, d’une agence d’encadrement consulaire, d’un Cabinet de veille stratégique et d’intelligence économique dont les missions sont, parmi tant d’autres :
  • La fourniture de l’assistance consulaire requise aux hommes d’affaires et potentiels investisseurs camerounais désireux de s’implanter à l’étranger, et d’informations sur les aspects pertinents de la législation internationale en la matière, des pratiques d’arbitrage et procédures de règlement de différends ayant cours devant les juridictions internationales ou étrangères ;
  • La fourniture d’informations crédibles aux potentiels investisseurs étrangers sur le climat des affaires au Cameroun et les opportunités d’investissement ou de financement, ainsi que sur les différents aspects de la législation financière, fiscale et douanière ;
  • L’appui, facilitation et accompagnement au plan administratif, juridique, fiscal, social et commercial, à l’installation d’hommes d’affaires et investisseurs étrangers au Cameroun et de Camerounais à l’étranger (informations sur les procédures de création et de fermeture d’entreprises) ;
  • Le conseil sur les risques et avantages d’investissement dans certains pays étrangers et études sur l’environnement, les risques politiques, économiques et sociaux à l’investissement dans lesdits Etats ;
  • L’Assistance dans le cadre de la collaboration entre les investisseurs étrangers, d’une part, et les Chambres consulaires institutionnelles et groupements patronaux, d’autre part, pour le développement de partenariats avec des entreprises locales.
Mesdames et Messieurs,
L’occasion qui m’est donné en ce jour de m’adresser à vous n’est pas destinée à faire une présentation de l’institution dont j’assure le management, mais à faire une présentation profonde des déboires, mésaventures et mépris dont ont été victimes dame HALIMATTOU HASSANA, gérante et représentante légale de la Société NORTHWAVE SARL, dont je représente ici les intérêts, et la République du Cameroun.
En effet, depuis sa désignation en qualité de gérante de la Société citée plus tôt, dame HALIMATTOU HASSANA est confrontée à de multiples difficultés de gestion, entretenues des mains de maîtres par les représentants légaux de la Société AFRIMAX Cameroon BV, qui mettent tout en œuvre pour faire du crédit de la société NORTHWAVE, un usage qu’ils savent contraire à l’intérêt de cette dernière.
Sans trop m’attarder sur les faits et la procédure judiciaire qui entourent cette situation malheureuse, nous tenons à souligner qu’il s’agit d’une situation dramatique non seulement pour dame HALIMATTOU HASSANA, mais aussi pour la République du Cameroun et le Royaume des Pays-Bas du Groupe AFRIMAX.
En effet, ce réseau de gangsters, dans la commission de leur crime, a fait de la République du Cameroun, leur bouc-émissaire, mettant ainsi en péril l’image de prestige de ce pays qui d’ailleurs, entretien des relations diplomatiques courtoises, amicales, voire même fraternelles avec le Royaume des Pays-Bas .
Chers investisseurs,
«… Il n’y a pas de paix sans sécurité, pas de développement sans paix », affirme le Président de la République du Cameroun, son Excellence Monsieur Paul Biya, lors de l’un de ses traditionnels discours de fin d’année à la Nation camerounaise[[1]]url:#_ftn1 .
C’est donc dire à quel point les notions de paix, développement, et surtout de sécurité, sont au centre des politiques de son Excellence Monsieur le Président de la République du Cameroun et de son gouvernement.
En effet, toute personne physique ou morale étrangère, quelle que soit son lieu de résidence, sa nationalité, peut entreprendre et exercer une activité économique au Cameroun. Elle peut, individuellement ou en association avec d’autres, exercer cette activité, soit sous le régime de droit commun, soit sous l’un des régimes spéciaux institués par les lois et règlements en vigueur. Dans tous les cas, elle bénéficie de la pleine protection du droit camerounais.
A ce titre, elle reçoit un traitement égal à celui des personnes physiques ou morales camerounaises, dans le respect des dispositions légales et réglementaires concernant l’établissement des étrangers, ainsi que des dispositions des traités et accords conclus par le Cameroun avec les Etats dont ils sont ressortissants.
Nulle expropriation, nationalisation ou réquisition d’une entreprise régulièrement établie ou de ses biens ne peut avoir lieu sans que l’Etat n’ait engagé au préalable la procédure de déclaration d’utilité publique la justifiant, et sans une indemnisation préalable, juste et équitable, fondée sur une évaluation adéquate de l’entreprise ou de ses biens, objet d’un tel acte, par un tiers indépendant.
Dans le même ordre d’idées, toute personne physique ou morale régulièrement établie au Cameroun peut, dans le respect des lois et règlements en vigueur, conclure et exécuter tout contrat qu’elle juge utile pour ses intérêts, notamment en matière financière et commerciale, déterminer sa politique de production, de distribution et de commercialisation et, d’une manière générale, accomplir tout acte de gestion conforme aux règles et usages de commerce au Cameroun.
L’adoption par l’Assemblée Nationale, en 2002, d’une Charte des investissements au Cameroun insère effectivement l’économie nationale dans l’ère de la compétitivité. Cette option consacre l’économie de marché comme mode d’organisation économique au Cameroun, en même temps qu’elle recentre le rôle régulateur de l’Etat, et restaure la place primordiale de l’entrepreneur et de l’investisseur au sein du système économique. De même, cet élément régulateur clarifie la place et le rôle de toutes les autres institutions qui prennent part au système économique. Pour assurer un fonctionnement efficient de ce système, il a été créé une cellule de gestion du Code des investissements.
A ce jour, de nombreux accords de promotion-protection réciproque des investissements ont déjà été conclus entre la République du Cameroun et de nombreux autres Etats, et de nombreux autres accords sont en négociation. C’est donc dire à quel point le rating camerounais en matière de sécurité des intérêts des opérateurs économiques étrangers se porte merveilleusement bien.
Chers investisseurs,
Vous avez sans doute déjà entendu dire que la République du Cameroun est une Afrique en miniature. Nous vous assurons qu’il ne s’agit pas d’une affirmation gratuite car, comme tout africain de souche, le Cameroun a le sens de la famille. Raison pour laquelle ce pays est Etat partie non seulement au Traité constitutif de l’Organisation pour l’Harmonisation en Afrique du Droit des Affaires (OHADA), mais aussi de la Charte de protection des investissements de la Communauté Economique et Monétaire des Etats de l’Afrique Centrale (CEMAC). Deux textes pensés par les deux communautés africaines dont le République du Cameroun est membre, avec pour objectif principal de restaurer la confiance jadis chancelante entre les investisseurs étrangers et de nombreux Etats de la zone franc.
Mesdames et Messieurs,
Nous sommes là confrontés à une situation dans laquelle une ligue de braqueurs à col blanc, constituée non seulement de représentants de peu de foi et d’avocats conseil véreux qui,  après avoir de toute leur force porté atteinte à l’intégrité non seulement morale, mais aussi professionnelle d’une brillante administratrice, une brillante gérante, s’en prennent  désormais à l’image de prestige du Cameroun et du Royaume des Pays-Bas  car, n’oublions pas que la présence de nombreuses Sociétés étrangères  sur le territoire camerounais, n’est rien d’autre que le reflet de la bonne santé de la diplomatie économique camerounaise.
Messieurs les représentants du Groupe AFRIMAX,
Il serait temps de vous débarrasser de ces charlatans qui vous servent de conseils, dont le principal objectif est de se remplir les poches, au détriment non seulement de l’avenir de votre société, mais aussi de l’avenir diplomatique de nos deux pays. 
La République du Cameroun est une terre de paix, d’opportunité, et surtout de sécurité. Le blanchiment d’argent et le terrorisme y sont condamnés avec la dernière énergie, une loi adaptée à cette dernière question a d’ailleurs vu le jour en 2014.
Messieurs le Gouverneur de la région du Littoral, Monsieur le Préfet du Département du Wouri, Monsieur le Sous-préfet de Douala 1er, Messieurs les Représentants du Groupe AFRIMAX, chers investisseurs, l’heure serait peut être venue de mettre un terme à ces agissements barbares qui, plus que constituant un immense danger pour la santé financière de cette multinationale qu’est AFRIMAX, constituent un danger certain pour l’image du Cameroun et de le Royaume des Pays-Bas, deux états frères et amis.
  JE VOUS REMERCIE.
Fait  à  Douala le 12 Juin 2017
[[1]]url:#_ftnref1 Discours à la Nation Camerounaise, de Son Excellence Monsieur Paul Biya, Président de la République du Cameroun, le 31 décembre 2014

Ismael Lawal
Correspondant d'Alwihda Info à Yaoundé, Cameroun. +237 695884015 En savoir plus sur cet auteur