Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
REACTION

Cameroun : Les non-dits de la mort du chef traditionnel de Nkolnguet


Alwihda Info | Par Ondoua Paulin - 2 Octobre 2017

Entendus, vus et vécus


Les populations de Mfou et les adeptes du respect de la tradition vibrent en osmose avec la communauté de Nkolnguet et dénoncent le Satan.

Cameroun : Les non-dits de la mort du chef traditionnel de Nkolnguet
Nkolnguet, petit village situé à une vingtaine de kilomètres de la capitale politique Yaoundé au Cameroun vient d’être témoin du décès tragique de son chef traditionnel, sa majesté BALLA BALLA Innocent, survenu le 14 septembre 2017 vers 14h comme annoncé. Pendant que la communauté Mvog-zang, groupe ethnie du défunt, était en pleur, un expatrié bien connu dans le coin tempêtait de joie. Whisky, champagne, bière, cigare à la main. Le célèbre autoproclamé vrai chef de terre de Mfou va déclarer sa satisfaction lors d’une réunion en comité restreint tenue le soir même dans son bureau situé en face de la chefferie, avec des mots empruntés dans un dictionnaire amoral dont il est le seul à connaitre l’éditeur :(le vieux fou est mort, sa pauvre famille n’aura pas droit à un cercueil, ses enfants vont emballer sa dépouille dans un sac plastique. Dans un an, ils seront tenaillés par la famine qu’ils iront vendre les ossements de leur père. Le prochain cadavre sur la liste est bien ETOUNOU Lucien comme il pense qu’il héritera du trône de son feu père pour continuer à mener les revendications foncières que conduisait son géniteur. Moi le vrai roi de Mfou je vais l’en empêcher).
L’assistance abasourdie voyait pour la première fois un homme se réjouir de la mort d’un autre, au point ou tout le monde a désormais peur de l’approcher, même les autres expatriés. Certains n’ont pas hésité à envisager de couper toutes relations avec ce diable incarné. Surtout qu’il aurait proféré des menaces contre sa majesté deux jours avant sa mort.
Certaines sources discourent que l’expatrié en question aurait engagé cinq individus pour semer les troubles lors des obsèques du défunt chef traditionnel prévus le 13 octobre 2017 à Nkolnguet,dans le but de montrer aux yeux des notables et autorités administratives l’incapacité du futur successeur ETOUNOU Lucien à gérer cet événement et par ricochet à être chef traditionnel.
Un natif du village lance à l’attention de ce fauteur de trouble que c’est le conseil national des chefs traditionnels du Cameroun(CNCTC) qui organise et gère ces obsèques à travers le président local du comité d’organisation qui n’est autre que le chef du groupement, le futur successeur ETOUNOU Lucien est en isolement dans une maison d’initiés en cours d’initiation.

Ondoua Paulin