Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
SCOOP

Cameroun:Une conférence de presse de l’Eglise Evangélique interdite à yaoundé


Alwihda Info | Par - 7 Septembre 2017 modifié le 7 Septembre 2017 - 12:18

Mercredi,06 septembre 2017 au lieu dit carrefour vallée à yaoundé,près d’une centaine de pasteurs,rassemblés tot le matin à la paroisse,ont été séquestrés vers la mi-journée par la police.Les forces de l’ordre sont arrivées sur autorisation du sous-préfet de l’arrondissement de yaoundé 1er , interdire le regroupement de la faction du Pasteur Hendje Toya Jean Samuel.



D’après Isaac Njifakue, l’un des responsables en charge de l’organisation de la conférence de presse de l’EEC : « Le Bureau Élargi de l'Eglise Évangélique du Cameroun s’est retrouvé le  06 septembre 2017 à Yaoundé. Le fait marquant aura été la surprise que le Sous-préfet de Yaoundé 1er ait interdit la conférence de presse de l'EEC qui était prévue. L'acte d'huissier qui a servi ladite décision révèle que l'interdiction est décidée à la demande du pasteur Priso Moungole, le candidat perdant lors de l'élection au poste de President de l'Eglise au Synode général a Ngaoundere. On s'est étonné de ce que l'Administration a, une fois de plus, fait droit à une minorité de dissidents, faisant ainsi du tort à l'immense majorité des fidèles et structures de l'Eglise. Des orientations d'actions pour mobiliser les fidèles en vue de montrer qu'ils soutiennent la gouvernance actuelle de l'Eglise, et ne tolèrent pas l'immixtion en son sein des forces extérieures à l'Eglise ».
Dans un document de 69 pages intitulé : « Comprendre l’Eglise Evangélique du Cameroun et les Evènements actuels », l’église demande au Pasteur Priso Moungole et aux autres frères,de se retirer du tribunal,pour que le peuple de Dieu retrouve dans la sérénité,l’espace de dialogue et de la concertation qui aurait du prévaloir en toutes circonconstances.
A en croire les personnes rencontrées sur les lieux : « la rencontre pastorale de yaoundé avait pour but d’annoncer les initiatives pour la résolution de la contestation ».
Dans un premier temps,l’Eglise et ses nouvelles autorités,ont choisi d’éviter toute attitude qui pourrait friser le triomphalisme et la chasse aux sorcières,espérant que l’expression de la « frustration »post-électorale allait se dissiper.
Pour  la faction du Pasteur Hendje Toya Jean Samuel : «  il est curieux de voir certains enfants de l’église espérer et meme s’en réjouir que l’église soit condamnée en justice.L’Eglise,à travers ses nouveaux responsables issus du processus électoral de Ngaoundéré,est respectueuse des institutions de la République avec qui elle collabore étroitement pour le bien-etre et le développement des hommes et de la société.C’est dans ce sens qu’elle a saisi les pouvoirs publics à la suite de la contestation et des perturbations… ».
Le bureau élu du Synode Général de Ngaoundéré  du 17 au 23 avril 2017 dit etre disposé au dialogue avec tous les chefs traditionnels,au besoin,par la médiation de toute bonne volonté car malgré tout,elle a du respect pour cette institution,pour ce qu’elle est,mais aussi pour ce que certaines chefferies ont accompagné l’église dans son développement ».
Le Président Général de l’EEC et le Conseil Synodal Général élus à Ngaoundéré demandent aux fidèles de : « se ressaisir pour cesser de donner de cette institution sacrée,l’image du désordre,de la division et de l’imposture ».
Avec plus de trois millions de chrétiens répartis sur 22 Régions Synodales dans et hors du Cameroun,l’Eglise Evangélique du Cameroun est une des onze Eglises Protestantes au Cameroun,fruit de l’œuvre de différentes missions :les Missionnaires baptistes Anglais(1843),les luthériens Allemands de Bale(1884),les réformés Français de la Société des Missions Evangéliques de Paris(1918).
 
 
 
 

Ismael Lawal
Correspondant d'Alwihda Info à Yaoundé, Cameroun. +237 695884015 En savoir plus sur cet auteur