Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
AFRIQUE

Cameroun : la chaine de froid constitue une niche d’emplois


Alwihda Info | Par - 2 Juillet 2021

L’association PROFOZONEE a récemment présenté au public, les différents métiers qu’offre le domaine du froid, et sensibilisé les populations sur son importance dans la préservation de la couche d’ozone.


Avec l’augmentation des enjeux mondiaux, le froid a pris une place prépondérante au cœur des affaires internationales ces dernières années. Célébré le 26 juin de chaque année, la journée mondiale du froid est évènement annuel, une occasion pour les professionnels du froid pour la protection de l’environnement et de la couche d’ozone (PROFOZONEE), de sensibiliser le grand public sur l’importance des technologies et des différentes carrières que le froid apporte dans la vie quotidienne des populations.

Au Cameroun, avec le thème de la 3ème édition, « Les carrières dans le froid », l’association PROFOZONEE a saisi l’occasion, à travers des conférences-débats et des visites en entreprises, pour sensibiliser les populations sur les différents métiers que l’on trouve dans le froid. La célébration de la 3ème journée mondiale du froid s’inscrit dans la logique engagée par le Cameroun, de procéder à la création de nombreuses écoles professionnelles dans le secteur de la climatisation, la réfrigération et des pompes à chaleur. En réalité, la thématique « Les carrières dans le froid », reste interpellateur pour les jeunes Camerounais en particulier, pour qu’ils puissent explorer le large éventail d’opportunités de carrière qu’offrent ce secteur d’activités.

Impact environnemental
Bien qu’importantes dans la fabrication du matériel et environnements nécessaire pour l’alimentation, la santé, la conservation des données numériques, la climatisation, le froid et les appareils réfrigérants qui sont quotidiennement utilisés au Cameroun ont un double impact sur l’environnement puisqu’ils émettent des substances nocives tels que le chlorofluorocarbone (CFC), le HCFC, et le HFC qui appauvrissent la couche d’ozone et accélère le processus du réchauffement de notre planète. À en croire Émérand Baleba, le président de l’association PROFOZONEE, seuls les fluides contenant du chlore ou du fluor, utilisés dans l’industrie frigorifique, peuvent impacter négativement sur l’environnement et dégrader la couche d’ozone. « Il y a un impact direct et indirect.

Dans l’impact direct, on fait référence aux fluides réfrigérants que l’industrie frigorifique utilise, et qui contiennent du chlore ou du fluor. C’est ces deux gaz qui vont créer des trous au niveau de la couche d’ozone. Maintenant, si dans sa recherche de développement, l’industrie frigorifique fait usage des fluides propres, on va constater que l’impact direct sera considérablement réduit. Quant à l’impact indirect, il représente des sources d’énergies que le froid utilise pour son activité à l’exemple des centrales thermiques, à charbon etc. », a-t-il expliqué.
Outre son impact sur l’environnement, l’on doit tout de même noter, au terme de cette 3ème édition de la journée mondiale du froid, que le froid reste un élément indispensable pour la régulation des températures sur notre planète. Et son utilisation responsable est une niche d’or qui regroupe en son sein, plusieurs métiers au niveau domestique ou industriel.