Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
INTERNATIONAL

Festival de Cannes: l'Affaire Habré, "C'était une affaire de nègres qui a été passée sous silence"


Alwihda Info | Par Le Point - 18 Mai 2016

Mahamat Saleh Haroun décrit l'affaire Habré à une affaire de nègre qui n'intéressait pas le monde civilisé.


Festival de Cannes: l'Affaire Habré, "C'était une affaire de nègres qui a été passée sous silence"
Par (avec AFP)

Le cinéaste tchadien Mahamat Saleh Haroun a présenté lundi, hors compétition, à Cannes un documentaire poignant sur la répression sanglante menée par l'ancien dictateur Hissène Habré. Hissène Habré, une tragédie tchadienne donne la parole aux victimes oubliées de cette tragédie qui a fait 40 000 morts. Le réalisateur s'est confié à l'AFP sur ses motivations.
 
 

Le Point Afrique : Pourquoi est-il si nécessaire de donner la parole aux victimes du régime d'Hissène Habré ?
 
 

Mahamat Saleh Haroun : Parce l'horreur vécue par ces hommes et ces femmes n'a pas reçu l'attention des médias à l'époque (Hissène Habré fut président de 1982 à 1990, NDLR). Ils étaient focalisés sur d'autres sujets, le colonel Kadhafi en Libye, la guerre froide et, pour reprendre le titre d'un documentaire d'une cinéaste camerounaise (le film d'Osvalde Lewat en 2009, NDLR), c'était une « affaire de nègres » qui a été passée sous silence.
 
 

Je voulais porter un regard de l'intérieur, un regard juste qui donne toute la place aux victimes d'Hissène Habré et de sa police politique, la Direction de la documentation et de la sécurité (DDS).
 
 

C'est d'ailleurs la raison pour laquelle j'ai confié à Clément Abaïfouta, un ancien détenu sous la dictature qui était chargé de la terrible tâche d'enterrer ses codétenus, de se faire le porte-parole de tous ces morts. C'est lui, le fil rouge du film, qui mène des entretiens avec des victimes qu'il connaît personnellement.
 
 

La présentation du film à Cannes coïncide avec le procès de l'ancien dictateur. Est-ce voulu ?
 
 

(Arrêté en 2013 à Dakar, où il était en exil depuis 1990, Hissène Habré a comparu pour « crimes contre l'humanité et crimes de guerre du 20 juillet 2015 au 11 février 2016 devant les Chambres africaines extraordinaires (CAE), juridiction créée par l'Union africaine. Le verdict est attendu fin mai.)
 
 

C'est une coïncidence du calendrier, mais je dois dire qu'elle tombe bien parce qu'il n'y a pas meilleur endroit que le Festival de Cannes pour donner un écho à la parole des victimes et faire connaître au monde les souffrances qu'elles ont endurées, les tortures, les viols...
 
 

C'est une façon de leur rendre justice une deuxième fois après un procès long et douloureux. D'autant que le procès ne leur a pas donné entière satisfaction. Hissène Habré, qui n'a pas reconnu la légitimité de la juridiction devant laquelle il comparaissait, n'a pas voulu leur parler et ils ont perçu ce silence comme du mépris. Cela a accentué leur colère.
 
 

Une question revient en voyant votre film : pourquoi ce massacre ?
 
 

La réponse, comme souvent pour ce type de génocide, on ne la connaît jamais vraiment.
 
 

L'une des victimes que l'on voit dans le film, Robert Gambier, qu'on accusait à tort d'être libyen, explique que les dirigeants tchadiens sacrifiaient peut-être des gens pour que les dieux leur permettent de garder le pouvoir.
 
 

Je ne reprends pas cette explication divine à mon compte. Je pense plutôt qu'ils se servaient de ce régime de terreur pour conserver le pouvoir.
 
 

Mais c'est, de toute façon, une chose impensable, au sens littéral du terme, de même que la Shoah ou le massacre des Tutsis au Rwanda sont impensables. On ne peut que condamner parce que l'esprit humain a du mal à comprendre.
 
 

Vidéo. Regardez un extrait du film documentaire : Hissène Habré, une tragédie tchadienne.
http://afrique.lepoint.fr/culture/festival-de-cannes-tchad-mahamat-saleh-haroun-c-etait-une-affaire-de-negres-qui-a-ete-passee-sous-silence-17-05-2016-2039965_2256.php