Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
AFRIQUE

Guinée Conakry : Début de la vaccination contre Ebola


Alwihda Info | Par Info Alwihda - 24 Février 2021

Elle a commencé ce 24 février 2021 par les personnes à haut risque, alors que la réponse d'urgence a été renforcée afin d’éviter la propagation du virus qui est réapparu dans le pays il y a un peu plus d’une semaine, pour la première fois depuis 2016.


DR
DR
La vaccination a été lancée à Gouécké, une communauté rurale de la préfecture de N’Zérékoré, où les premiers cas ont été détectés le 14 février. Parmi les officiels présents lors de l’événement, figuraient le ministre de la Santé et de l’Hygiène publique de la Guinée, le général Rémy Lamah, le coordinateur résident des Nations Unies, Vincent Martin, le représentant de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) en Guinée, le Dr Georges Ki-Zerbo, et le représentant de l’UNICEF en Guinée, Pierre Ngom.

Cette vaccination se fera suivant la « stratégie de la ceinture ». Cette stratégie établit que les personnes qui ont été en contact avec un patient atteint d'Ebola soient vaccinées, ainsi que les agents de santé et les autres travailleurs en première ligne. La campagne a ainsi débuté par la vaccination des agents de santé. Elle vaccination commence tout juste 24 heures après que la Guinée a reçu plus de 11 000 doses du vaccin anti-Ebola rVSV-ZEBOV, envoyées par l’OMS depuis son siège à Genève. De plus, l’OMS organise le déploiement de plus de 8500 doses du vaccin de Merck, producteur du vaccin aux États-Unis d’Amérique, ce qui amène le nombre total de doses attendues à 20 000 pour la phase initiale de vaccination.

Le Programme alimentaire mondial fournit par ailleurs un soutien logistique crucial en organisant des vols spéciaux pour transporter les vaccins et d’autres matériels de Conakry à N’Zérékoré. Le déploiement rapide du vaccin anti-Ebola est dû en partie à la capacité de la Guinée qui a été renforcée lors de l’épidémie d’Ebola en Afrique de l’Ouest en 2014. Environ 50 Guinéens ont aussi été déployés en République démocratique du Congo pour soutenir la riposte du pays lors des trois dernières épidémies d’Ebola. Ils mettent désormais cette expertise à profit dans leur pays.

Jusqu’à présent, on dénombre huit cas d’Ebola (quatre confirmés et quatre probables) et cinq personnes sont décédées. Environ 50 experts internationaux et nationaux de l’OMS, y compris des vaccinateurs, sont déjà sur le terrain en Guinée et plus de 100 experts de l’OMS sont attendus d’ici la fin du mois pour se joindre à la riposte et contrôler l’épidémie. L’OMS a déboursé 1,25 million de dollars US pour soutenir la riposte en Guinée et renforcer la préparation à la lutte contre Ebola dans les pays voisins, la Côte d’Ivoire, la Guinée-Bissau, le Liberia, le Mali, le Sénégal et la Sierra Leone. Le Fonds central d'intervention d'urgence des Nations Unies (UNCERF) a aussi mis à disposition 15 millions de dollars US pour soutenir la riposte en Guinée et en République démocratique du Congo, ainsi que la préparation dans les pays voisins.