Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
CULTURE

La poésie « au bord de l’Oubangui » L’abbé des ancêtres


Alwihda Info | Par ALI ZAORO Fayçal Khalil - 28 Mars 2014 modifié le 28 Mars 2014 - 21:54


Par ALI ZAORO Fayçal Khalil

Oubangui Chari, sacré Oubangui des ancêtres ;
Tu as donné naissance à Boganda ton ancêtre,
L’abbé des ancêtres, c’est lui l’ancêtre des abbés ;
Fils des Bantous ; ancêtre des Bantous ; abbé !

Ah ! Boganda ; père de Centrafrique.
L’abbé a accouché la République.
De son ventre est venue la liberté.
Pourtant, abbé ! Tu voulais l’unité, le travail et la dignité ;

Pour eux. Ils t’ont soldé. Oh ! Lâcheté.

L’abbé des ancêtres est vendu comme un porc !
L’ancêtre des abbés à la voix d’or.
As-tu semé la République pour récolter la mort ?
Et pourtant, le fils des bantous rêvait le paradis neuf.
Mais vint un pourri des mars à la tête d’un œuf.

Boum ! La déflagration au ciel déchire la panse du bœuf.
Voilà ton supplice maudit toutes les années en neuf.
Et toi ! Bobangui berceau des ancêtres.
Que la poussière du Bantou retrouve ses ancêtres.
Paix et gloire sur l’âme de l’abbé des ancêtres