Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
INTERNATIONAL

Le manque d'accès aux vaccins Covid pourrait faire de nombreux morts dans les pays pauvres


Alwihda Info | Par Info Alwihda - 26 Février 2021

Les pays les plus pauvres feront très probablement "les frais de centaines de milliers de décès inutiles" en raison des inégalités d'accès aux vaccins Covid-19.


Le manque d'accès aux vaccins Covid pourrait faire de nombreux morts dans les pays pauvres. © DR
Le manque d'accès aux vaccins Covid pourrait faire de nombreux morts dans les pays pauvres. © DR
Cet avertissement a été lancé par le secrétaire général du Commonwealth, Patricia Scotland, dans un discours vidéo prononcé lors du segment de haut niveau de la 46e session du Conseil des droits de l'homme des Nations unies à Genève le 23 février.

Plus de 130 dignitaires de haut niveau, dont des chefs d'État, des ministres des affaires étrangères et des dirigeants d'organisations internationales, ont pris la parole lors du segment de haut niveau.

Le secrétaire général du Commonwealth a déclaré : "Le Covid-19 a mis en lumière les inégalités en matière de santé au sein des pays et entre eux. Nulle part ailleurs, cela n'est plus évident que dans l'accès aux vaccins.

"Bien que les vaccins soient une bouée de sauvetage vitale, ils restent hors de portée de beaucoup trop de personnes.

"Cela signifie surtout que les citoyens des nations les plus pauvres risquent de faire les frais de centaines de milliers de décès inutiles.

"Nous ne devons pas permettre cela. Les dirigeants de notre monde doivent s'unir pour faire en sorte que cela ne se produise pas".

Le Secrétaire général a également averti que l'accès inéquitable aux vaccins pourrait faire dérailler la reprise économique mondiale et faire perdre de l'argent aux nations les plus riches.

Elle a ajouté : "Covid nous a appris que pour que chacun d'entre nous soit en sécurité, nous devons tous être en sécurité. Nous devons agir ensemble".

L'année écoulée a renforcé les menaces existentielles persistantes, notamment l'urgence climatique, a déclaré le secrétaire général.

Elle a réaffirmé la détermination du Commonwealth à soutenir les petits États et les autres pays vulnérables pour protéger l'environnement et lutter contre le changement climatique.

Les 54 pays membres du Commonwealth comprennent 32 petits États.

Les injustices sociales, notamment la discrimination, la pauvreté des communautés marginalisées et la violence contre les femmes et les filles, ont également été exacerbées par la pandémie.

Le Secrétaire général a appelé à un développement inclusif et à une coopération multilatérale, soulignant que le réengagement en faveur des droits de l'homme doit être au centre des efforts de relance de la Covid-19.

Elle a conclu : "Les droits de l'homme ne sont pas la panacée à tous les défis posés par la pandémie, par le changement climatique ou par la liste interminable des conflits dans le monde. Mais les douze derniers mois ont donné une douloureuse leçon à l'humanité. Nous devons tirer les leçons de l'expérience.

"Nous devons placer les droits de l'homme au cœur de la reconstruction. Sans les droits de l'homme, l'humanité n'est pas un projet durable. Nous ne pouvons pas nous permettre d'échouer".