Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
INTERNATIONAL

Mali : L'offensive "décrite comme franco-tchadienne"


Alwihda Info | Par - 19 Janvier 2013


Idriss Déby et François Hollande au Palais de l'Elysée. Crédits photos : Elysée
Idriss Déby et François Hollande au Palais de l'Elysée. Crédits photos : Elysée
N'DJAMENA (Tchad) - L'intervention militaire tchadienne est désormais décrite et analysée de tous les angles par les médias internationaux.

Dans un article publié sur le site rue89.com, le cofondateur Pierre Haski estime que "parmi tous les contingents africains attendus au Mali, les Français comptent surtout sur l’appui des Tchadiens, au point que cette offensive, au lieu d’être franco-malienne, pourrait être décrite comme franco-tchadienne".

"Merci les tchadiens et leur dromadaires"

Parmi les nombreux commentaires postés sur le site Rue89.com, nous en retenons quelques-uns. "Merci pour l’aide des Européens, que nous saluons bien bas. Merci encore de cette hâte, cette précipitation. Merci les tchadiens et leur dromadaires", commente Pablico.

Le Tchad comme 'épine dorsale" de l'opération

"Les Tchadiens ont tout pour devenir l’épine dorsale de la Force internationale de soutien au Mali (Misma), placée sous commandement nigérian", avance le journaliste Pierre Haski.

"C’est la FranTchadfrique qui est en route !", commente Amarré, "Et entre néo-colonialistes, France et Tchad vont pouvoir s’entendre, voire se compléter", analyse un autre.

"Le Tchad est peut-être le suivant sur la liste"

"Et puis surtout après le Mali, le Tchad est peut-être le suivant sur la liste si la déstabilisation contagieuse provoquée par la chute de Kadhafi venait à se répandre. En plus du risque islamiste, si les Toubous de Libye se font persécuter en Libye, ceux du Tchad pourraient se soulever par solidarité. D’ailleurs Idriss Déby avait été le premier à mettre en garde la France sur les risques de déstabilisation qui toucherait la région en cas d’intervention en Libye", rapelle le commentateur Deamon7.

Pour sa part, l'internaute Alfary estime sur RUe89.com que "l’entrée en scène des troupes tchadiennes, avec un volume conséquent (1 compagnie d’infanterie, 2 brigades, forces spéciales, on parle aussi d’aviation) va indiscutablement peser très lourd. Il est vrai que leur valeur au combat n’est plus à faire, comme une fâcheuse indiscipline résiduelle. 2000 soldats tchadiens à l’extérieur c’est inédit ! Chapeau à la Rue de relever la portée".

Alfary poursuit que "Deby semble avoir pris l’ascendant sur Sassou (Congo) pour enfiler les habits de parrain, à la place du défunt Bongo".

Retrouvez l'analyse complète en cliquant-ici.