Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
ACTUALITES

Plus de six cents sénégalais ont fui la Centrafrique de peur des AntiBalaka


Alwihda Info | Par - 4 Janvier 2014

Des rapatriés de la RCA demandent des comptes au consul sénégalais


Plus de six cents sénégalais ont fui la Centrafrique de peur des AntiBalaka
Dakar, 3 jan (APS) - Une polémique sur l’aide des autorités sénégalaises remise au consul honoraire du Sénégal à Bangui a agité l'arrivée du second vol des ressortissants sénégalais rapatriés de la République Centrafricaine, a constaté l'APS, vendredi à l’aéroport Léopold Sédar Senghor de Dakar. Arrivé peu après midi dans la capitale sénégalaise, le deuxième groupe de 180 rapatriés sénégalais de la RCA a été accueilli par le ministre des Affaires étrangères, Mankeur Ndiaye. Des ressortissants guinéens, maliens et gambiens ont toutefois voyagé dans le vol spécial affrété par le gouvernement du Sénégal, pour porter secours à ses citoyens piégés par le conflit politico-religieux en Centrafrique. A peine descendus, certains rapatriés se sont mis à proférer des accusations à l'endroit du consul honoraire, Cheikh Goumbala. Devant le ministre des Affaires étrangères, ses dénonciateurs l'accusent d’avoir gardé sur lui l’aide de l'Etat du Sénégal, destinés à ses compatriotes bloqués à Bangui. ‘’Le consul nous a mal reçus (…). Les Sénégalais n’ont rien vu de l’argent que lui a remis la délégation dépêchée à Bangui par le chef de l’Etat (Macky Sall)’’, a déclaré Ousmane Touré, un rapatrié. Selon ce commerçant, qui déclare avoir perdu des centaines de millions de francs CFA dans le pillage de son magasin, ‘’le consul a mal géré l’argent’’, devant servir de soutien aux ressortissants sénégalais. D’autres rapatriés ont accusé le consul honoraire d’avoir fait un partage inéquitable de l’aide étatique, suivant ses affinités avec certains en laissant sur le carreau d'autres ayants-droit. Face à cette situation, M. Goumbala a battu d’un revers de la main les accusations. Il a affirmé n’avoir détourné aucun sou et que l’argent serait distribué après un recensement des Sénégalais rapatriés. Pour le directeur des Sénégalais de l’extérieur, Sory Kaba, l’enveloppe remise au consul n’est pas une subvention, mais elle devait servir à aider les victimes de pillages. Il n'a pas toutefois précisé le montant de l'aide. Le gouvernement ne va pas se focaliser sur la polémique, préférant trouver les voies et moyens de venir en aide aux rapatriés de la République Centrafricaine, a indiqué M. Kaba. Mercredi passé, le président Macky Sall accueillait à l'aéroport de Dakar le premier groupe de 259 Sénégalais rapatriés de la Centrafrique, à qui il a exprimé la "solidarité" et l'"affection" de leurs compatriotes. "Cette opération n’a pas été facile" en raison de l'insécurité qui règne surtout à Bangui, la capitale de la RCA, soulignait-il, en parlant du rapatriement de ses compatriotes. "Aucune victime sénégalaise n’a été constatée, malgré les pillages et les destructions de biens" dans ce pays, rappelait le président Sall. Il a remercié le général sénégalais Babacar Gaye, représentant spécial du secrétaire général des Nations unies en RCA, qui a facilité le rapatriement de ses concitoyens. En Centrafrique, des ressortissants africains, de confession musulmane, subissent les représailles de miliciens pro-chrétiens, appelés "anti-balaka" par opposition aux anciens rebelles de la Coalition Séléka, actuellement au pouvoir. Les nouveaux maîtres de Bangui, depuis chute du général-président François Bozizé, en mars 2013, et l'arrivée du musulman Michel Djotodia, étaient les premiers à être accusés de violences ciblées sur les chrétiens en RCA. BHC/SAB

Mahamat Ramadane
Journaliste-reporter Alwihda Info. Tél : +(235) 63 38 40 18 En savoir plus sur cet auteur