Tchad : Des milliers de personnes ainsi que le Président Déby dans les rues de N'Djaména  13/05/2009

N'DJAMENA (AFP) — Le président tchadien Idriss Deby Itno a participé mercredi à un rassemblement de milliers de Tchadiens à N'Djamena "contre l'agression soudanaise", en référence à l'attaque la semaine dernière de rebelles venus du Soudan.

Le président Deby Itno a fait, à pied, les quelques centaines de mètres séparant le palais présidentiel de la Place de l'indépendance (centre-ville) où avaient convergé environ 10.000 personnes, selon des estimations de la police et de journalistes.

"Le 4 mai dernier, les colonnes de mercenaires à la solde du régime de Khartoum, à bord de plus de 800 véhicules lourdement armés, ont franchi la frontière pour attaquer les positions de l'armée tchadienne. (...) Les aventuriers ont une fois de plus mordu la poussière", a-t-il déclaré après un bain de foule.

"Je voudrais rassurer le peuple tchadien que nos forces de défense et de sécurité ont le contrôle et la maîtrise totale de la situation. (...) Je ne permettrai jamais aux aventuriers de tous bords de venir troubler la quiétude du peuple tchadien", a-t-il affirmé.

Auparavant, dans une "motion" lue en sa présence, plusieurs partis politiques, avaient demandé au gouvernement de "rompre les relations diplomatiques avec le Soudan et d'en tirer toutes les conséquences".

Le président Deby Itno leur a répondu en avoir pris "bonne note".

Mht Hamada Béchir : "On nous a vaincus. Si ce n'était pas le cas, je ne serais pas prisonnier"  09/05/2009

AM-DAM (Tchad) (AFP) — Ici, des jeunes, cheveux hirsutes et air hagard. Là, des armes et véhicules de combat. Voilà le butin de guerre que l'armée tchadienne a exposé vendredi à la presse à Am-Dam, dans l'est du Tchad, théâtre la veille de combats meurtriers avec des troupes rebelles.

Vêtus de tenues couleur kaki avec une bande estampillée "UFR" - Union des forces de la résistance, qui regroupe neuf factions formant la rébellion -, ils sont plus de 100 prisonniers de guerre, 150 peut-être.

Parmi eux, figure un adulte que les autorités militaires semblent fières de montrer aux journalistes et photographes transportés de N'Djamena, à plus de 700 km de la bourgade sahélienne d'Am-Dam.

"On nous a vaincus. Si ce n'était pas le cas, je ne serais pas prisonnier", déclare cet homme, présenté comme Mahamat Hamada Béchir et comme un commandant en chef de l'UFR.

Lors de la visite, effectuée notamment en compagnie du ministre de la Défense par intérim, Adoum Younousmi, et du nouveau chef d'état-major de l'armée, le général Hassane al Gadam al Jinedi, la presse est conduite à un poste de fortune de l'armée à moins de 5 km d'Am-Dam, dépassant, sur le chemin, des cadavres au sol. Un photographe de l'AFP a compté une cinquantaine de corps.

Dans un rayon de plusieurs kilomètres autour, les troupes de l'UFR et les forces gouvernementales se sont affrontées jeudi violemment, comme l'attestent des chars calcinés abandonnés. "Ca a duré plusieurs heures", renseigne un guide militaire.

Le butin exposé par les forces gouvernementales comprend aussi de nombreuses armes, incluant des lance-roquettes. Beaucoup arborent des écriture chinoises.

Vendredi, d'autres affrontements ont opposé l'UFR et l'armée vers Haouich, au sud-est d'Am-Dam. Ces combats également auraient été violents, selon la rébellion et le gouvernement.

Lors d'un bref point de presse vendredi soir à N'Djamena, le porte-parole du gouvernement et ministre de la Communication, Mahamat Hissène, a annoncé un "bilan actualisé mais toujours provisoire" des deux jours de combats.

Nombre de morts: 247, dont 225 côté rebelle et 22 côté loyaliste. 212 insurgés capturés, 127 véhicules récupérés et 93 détruits chez l'ennemi, contre 10 véhicules détruits par les rebelles chez l'armée. La rébellion, elle, n'a jusque-là fourni aucun chiffre.

Tchad : Accrochage à Am-Deressa, l'armée a "pris le dessus et les ratissages continuent"  07/05/2009

Les forces armées tchadiennes et les troupes rebelles se sont accrochées aujourd'hui en milieu de journée dans une localité au nord de Goz Beïda (est du Tchad), a annoncé à l'AFP le porte-parole du gouvernement tchadien, Mahamat Hissène.

"Le premier accrochage terrestre vient d'avoir lieu à Am-Deressa, à 10 km au sud d'Am-Dam", a déclaré M. Hissène, par ailleurs ministre de la Communication, joint jeudi vers 13H30 locales (12H30 GMT).

"Les forces gouvernementales ont pris le dessus et les ratissages continuent", a-t-il ajouté.

Aucun bilan n'était immédiatement disponible.
 
Am-Dam est à 110 km au nord de Goz Beïda et à plus de 100 au sud d'Abéché

Tchad : Des rebelles entrent au sud et au nord de Goz Beïda, aucun combats  07/05/2009

TCHAD - Des rebelles tchadiens sont entrés mercredi dans la nuit à Am-Timan, au sud de Goz Beïda (est du Tchad) sans résistance , et d'autres ont pénétré à Am-Dam, plus au nord de cette ville, selon des sources diplomatiques.

Tchad : Le PAM suspend temporairement, pour sécurité, une partie de ses vols  06/05/2009

Le Programme alimentaire mondial (PAM), a suspendu temporairement, par «mesure de précaution», a indiqué à Libération un de ses porte-parole, Judith Schuler, ses vols sur quatre localités du secteur: à Goz Beïda, Farchana, Koukou et Dogdore.

Mais les distributions de nourriture n’ont été arrêtées que dans un seul camp de réfugiés, celui de Goz Amir, a précisé le PAM. «Nous continuons la distribution dans les 11 autres camps de l’est du Tchad», affirme Judith Schuler.

Les rebelles seraient équipés d’armes anti-aériennes, un atout qui inquiète beaucoup de monde au Tchad. Les ONG, qui envisagent de réduire leur personnel ou de quitter la zone provisoirement, ont ainsi du mal à trouver compagnie aérienne acceptant de voler dans le secteur.


Tchad : Les évacuations commencent à l'approche des rebelles  06/05/2009

Les ONG, qui envisagent de réduire leur personnel ou de quitter la zone provisoirement, ont ainsi du mal à trouver compagnie aérienne acceptant de voler dans le secteur.

Tchad : Les collonnes rebelles localisés et bombardés, pas de combat terrestre  06/05/2009

N'DJAMENA — Les rebelles tchadiens, depuis lundi dans l'est du Tchad, ont été bombardés par les forces régulières mais il n'y a eu aucun combat au sol, a affirmé mercredi après-midi à l'AFP le ministre tchadien de l'Intérieur et de la Sécurité publique Ahmat Mahamat Bachir.

Les rebelles ont été "localisés et +traités+ par nos avions. (...) Il n'y a eu aucunement de combat, ils ont évité les forces gouvernementales", a déclaré M. Bachir, assurant que le calme régnait "dans toutes les villes de l'Est".

"Depuis 72 heures, ces rebelles ont contourné les points névralgiques gardés par nos forces de défense et de sécurité. Ils se sont infiltrés par d'autres bouchons et ils sont arrivés autour de la sous-préfecture de Kerfi, à environ 45 km au sud de Goz Beïda, dans la région de Sila" (est), a ajouté M. Bachir.


Tchad : Les rebelles bientôt à Goz Beida, aucun combats signalés  06/05/2009

Les combattants rebelles sont maintenant près de la ville tchadienne de Goz Beida, mais il n’y a pas eu de combat, a précisé un correspondant d'Alwihda.

Tchad : De nombreux rebelles entrent au Tchad en provenance du Soudan  06/05/2009

TCHAD - Des combattants rebelles à bord de Pick-Up (Toyota) lourdement armés entrent en masse dans le territoire tchadien pour apporter un renfort aux éléments sur une ligne allant de Goz Beïda à Abéché (est).

1 ... « 165 166 167 168 169 170 171 » ... 172