Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
SCOOP

Le secteur agricole en pleine transformation au Togo


Alwihda Info | Par Info Alwihda - 24 Janvier 2017 modifié le 24 Janvier 2017 - 12:05


Le secteur agricole en pleine transformation au Togo
Lomé, le 23 janvier 2017-Dans le but de développer au Togo une industrie agricole avec des activités de transformation, l’Etat togolais s’est inscrit depuis plusieurs années dans la promotion  et le développement du secteur de l’agriculture.

La promotion du secteur agricole au Togo est actée par des politiques de développement à grande échelle de l’agriculture que le gouvernement applique. L’objectif est de faire de l’agriculture togolaise une activité commerciale à forte valeur ajoutée sous l’impulsion des secteurs privés et publics. Le gouvernement a ainsi lancé différents projets qui doivent assurer une transformation de l’agriculture togolaise en un secteur compétitif . Pour cela, les autorités ont en premier lieu tenu à mettre à la disposition des agriculteurs des équipements qui doivent leur permettre d’améliorer leur rendement.

C’est ainsi que dès 2011, l’Etat togolais a lancé un vaste programme destiné à redynamiser et à assurer une transformation du secteur. Dénommé PNIASA, ce Programme a constitué la clé de toutes les actions entreprises dans le secteur agricole. Différents projets tels que le projet d’Appui au Développement Agricole au Togo (PADAT), le Projet d’Appui au Secteur Agricole (PASA) et le Programme de Productivité Agricole en Afrique de l’Ouest au Togo (PPAAO-Togo) ont été lancés sur toute l’étendue du territoire à l’endroit des acteurs du secteur.

Ces multiples projets ont permis à l’agriculture togolaise de subir une transformation profonde. Outre la création d’emplois,  des richesses ont été créées. Et malgré les difficultés rencontrées par l’Etat dans l’exécution de ces projets, l’on se dirige vers d’autres réformes qui devront permettre au secteur agricole d’être porteur.

Il s’agit de la création annoncée d’unités de transformation et l’ambition du gouvernement de miser sur les produits bios afin de s’adapter à la demande internationale. Pour faire passer l’agriculture de subsistance à une agriculture intensive, l’Etat togolais a également développé d’autres cultures grâce au soutien des partenaires. Le chef de l’Etat a durant ses visites en Israël tenu à ce que le Togo puisse bénéficier du savoir-faire agricole de l’Etat hébreu. En exemple, le Togo devrait grâce au soutien d’une société israélienne, développer la production du fonio.

Le gouvernement œuvre pour permettre aux agriculteurs togolais de disposer de capitaux pour pratiquer une agriculture moderne. Un accompagnement est fait aux paysans dans l’utilisation de nouvelles méthodologies de culture, la diversification des cultures vivrières comme d’exportations, l’amélioration des processus de production, et du système post récolte mais aussi le transfert et la diffusion de la technologie. L’Etat a aussi initié une campagne de distribution des engrais à l’endroit de plusieurs agriculteurs grâce à la téléphonie mobile. Dénommé AgriPME, le projet de distribution des intrants a été initiée par le ministère de l’Economie numérique en partenariat avec le ministère de l’agriculture, de l’élevage et de l’hydraulique. La campagne vise à trouver une solution au faible niveau d’utilisation des intrants améliorés. Elle s’inscrit dans une politique agricole qui veut garantir une disponibilité suffisante d’engrais afin d’augmenter la productivité agricole et de doubler la production nécessaire aux unités de transformations qui seront mises en place. L’objectif de l’Etat togolais est de renforcer les potentialités du secteur agricole et de créer des conditions favorables à l’essor des agropoles. A cet effet, le premier agropole du Togo devrait voir le jour en février 2017 dans la région de Kara grâce à un projet financé en partie par la Banque Africaine de Développement (BAD). Une réalisation qui devrait symboliser à elle seule les ambitions du Togo pour son secteur agricole.