Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
AFRIQUE

Mali : les ambitions des autorités pour renforcer le secteur agricole


Alwihda Info | Par Info Alwihda - 14 Avril 2022

Le président de la transition malienne, colonel Assimi Goïta, a présidé l’ouverture de la 12e session du Conseil Supérieur de l’Agriculture (CSA), le 12 avril 2022 au Palais présidentiel.


Mali : les ambitions des autorités pour renforcer le secteur agricole
Une session qui a débuté par une remise de distinction aux trois meilleurs chefs secteurs et trois meilleurs producteurs de coton de la campagne 2021-2022, suivie par la présentation du Plan de campagne consolidé et harmonisé, du bilan 2021 ainsi que de la programmation 2022 par le ministre du Développement Rural qui a aussi présenté les prévisions 2023-2024.

Le ministre Modibo Keïta a non seulement dégagé l’état d’exécution du budget 2021, mais a aussi fait cas des difficultés rencontrées au cours de cette campagne écoulée. Des difficultés dues notamment à la pandémie de Covid-19, à l’insécurité ainsi qu’à la mauvaise répartition de la pluie dans l’espace et dans le temps.

À l’entame de ses propos, le président du Conseil Supérieur de l’Agriculture, le Colonel Assimi Goïta, a félicité « tous les acteurs de la profession Agricole, ainsi que leurs partenaires nationaux et étrangers pour les résultats » obtenus durant cette campagne écoulée. Il a précisé toutefois que le résultat obtenu, loin d’être un satisfecit, doit « interpeller à plus d’efforts, de réflexion et d’innovation pour amorcer l’indépendance de notre pays du marché international des produits agricoles en vue d’assurer notre souveraineté alimentaire et nutritionnelle ».

Pour permettre au secteur agricole de jouer le rôle qui lui revient dans le processus du développement économique, politique et social, le président de la transition a formulé des recommandations au gouvernement. Il s’agit entre autres de doter le secteur du développement rural d’une loi de programmation des investissements dans le secteur agricole, de poursuivre le programme de pluies provoquées en début et fin de l’hivernage. Aussi, s’agit-il de mettre en place un programme spécial de promotion de certaines productions céréalières et maraîchères de très grande consommation et accroître l’utilisation des intrants locaux.

Outre ces recommandations, en vue d’améliorer les productions céréalières, cotonnières et animales, le chef de l’État a décidé de la mise en place de certaines mesures incitatives. En raison de la hausse excessive du prix des engrais sur le marché mondial, le Président GOÏTA a décidé "que la quote-part du producteur dans le prix du sac de 50 kg de l'engrais minéral soit fixée à 12 500 Francs CFA". Quant à l'engrais organique, la quote-part est fixée à 2500 Francs CFA le sac de 50 kg".