Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
REPORTAGE

Tchad : la société civile du Kanem prend des initiatives pour amorcer le développement


Alwihda Info | Par Mahamat Abderaman Ali Kitire - 26 Février 2021

Des enseignants-chercheurs du Réseau des associations de la société civile du Kanem (RASCKA) ont lancé vendredi 26 février à Mao, un grand atelier de réflexion pour bâtir un environnement des affaires suffisamment attractif et propice, croître les investissements privés et rendre le secteur agricole productif et l'élevage compétitif.


L'évènement se déroule du 26 au 27 février 2021 à l'École normale supérieure de la ville de Mao. Le lancement a eu lieu en présence du secrétaire général départemental du Kanem, Nana Djimbé Ngaryambaya, du représentant du sultanat du Kanem, des autorités militaires, civiles, des chefs traditionnels, étudiants et élèves.

Durant les deux jours, plusieurs thèmes seront débattus en atelier à savoir : la problématique foncière au Tchad avec le cas du Kanem, les opportunités et potentialités du Kanem, l'entrepreneuriat, le leadership et le business plan, les menaces et perspectives des différents secteurs à savoir l'éducation, l'agriculture, l'élevage, la santé, l'eau, l'hygiène, l'assainissement, le secteur minier (pétrole, gaz, natron), l'artisanat, le secteur tertiaire (commerce, transport, les services financiers et les services fournis aux entreprises, services culturels, le tourisme et le sport), la population et le développement, la question de la réduction de la pauvreté et des inégalités, ainsi que la gouvernance.

Ouvrant la cérémonie, le président du comité d'organisation, Abdelkerim Mbodou Taher, a déclaré que cet atelier est organisé par RASCKA avec le parrainage des grandes entreprises telles que : Sidigui International, le groupe KOSSO, Aubaine Graphique, et Wadi Koundi. Il a témoigné sa gratitude à ces structures pour avoir cru en l'initiative.

Le RASCKA est un regroupement de plusieurs organisations de la société civile oeuvrant dans le développement socio-économique du Kanem. À ce titre, plusieurs activités ont été réalisées dans ce sens depuis sa création en 2015.

Contribuer au développement socio-économique du Kanem

Les missions spécifiques de l'atelier sont de mobiliser les jeunes et partager avec eux les grands objectifs et orientations stratégiques pour le développement socio-économique du Kanem, ainsi que les enjeux actuels et futurs. À travers cette action, RASCKA contribue au développement socio-économique du Kanem.

"Les études le démontrent : un rôle actif des acteurs locaux permet un meilleur développement d'une nation et une croissance économique plus soutenue. Les acteurs locaux constituent aujourd'hui l'un des nouveaux leviers de la croissance économique. C'est pourquoi, l'on constate que depuis l'indépendance, à défaut d'une politique régionale cohérente, aucune avancée significative dans le cadre de niveau de vie des populations n'a été enregistrée", a indiqué Abdelkerim Mbodou Taher. 

À l'issu de cet événement, plusieurs activités seront réalisées : évaluer et quantifier les besoins des populations dans les différents secteurs à savoir : la santé, l'éducation, le commerce, l'entrepreneuriat, l'agriculture, l'élevage, les infrastructures et l'hydrologie. L'objectif est également d'identifier les lacunes géographiques pour assurer leur couverture selon les critères stratégiques élaborés par le plan de développement provincial.

Impliquer les acteurs concernés

Dans son intervention, le président d'honneur de l'atelier, l'ambassadeur Moustapha Ali Alifei, a rappelé que l'évènement permettra d'impliquer les acteurs concernés en vue d'une plus grande appréciation dans la réalisation des projets de développement.

Ouvrant les travaux, le secrétaire départemental du Kanem, Nanadjimbé Ngaryambaya, a souligné que l'atelier permettra aux participants de réfléchir de façon pragmatique aux solutions adéquates face aux défis du développement, en vue d'améliorer les conditions de vie de la population du Kanem. Les thématiques abordées permettront de dégager les goulots d'étranglement qui minent le développement socio-économique de la province, afin de suggérer des solutions appropriées et adéquates.

Le représentant du gouverneur du Kanem a conclu que la province reste toujours disponible et accompagne toutes les actions relatives au développement socio-économique.








TRIBUNE & DEBATS

POINT DE VUE - 08/09/2021 - Olivier Noudjalbaye Dedingar, Expert technique et journaliste indépendant

Cameroun : l’enrichissement illicite préoccupe

Tchad : le dialogue national inclusif est-il nécessaire ? Tchad : le dialogue national inclusif est-il nécessaire ? 06/09/2021 - Martin Hidgé Ndouba


ANALYSE - 11/10/2021 - Martin Higdé Ndouba

Tchad : la dépravation des moeurs, un fléau qui gangrène la jeunesse

Cameroun : question sociale et devenir du pays Cameroun : question sociale et devenir du pays 11/10/2021 - Pr Armand Leka Essomba, chef de Département de Sociologie, Université de Yaoundé I.