Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
TCHAD

Tchad: le doute persiste sur la disparition de Ibni Oumar Mahamat Saleh


Alwihda Info | Par - Җ€BIЯ - - 8 Mars 2008 modifié le 8 Mars 2008 - 00:58


Jusqu’à preuve du contraire le porte parole de la CPDC est vivant pour les Tchadiens, pour les militants du PLD et pour sa famille.


Tchad: le doute persiste sur la disparition de Ibni Oumar Mahamat Saleh
Le flou qui entoure la disparition d’Ibni Oumar est loin d’être éclairci après les premières déclarations de faites par Yorongar à son arrivée à Paris. Une analyse, même cursive, de ses propos tenus ce matin laisse entrevoir une incohérence notoire déjà perception dans le récit de son arrestation qu’il a précédemment publié dans les colonnes du journal Afrique éducation.

La première interrogation porte sur la certitude avec laquelle Yorongar annonce la mort d’Ibni Oumar Mahamat Saleh. Même s’il introduit un léger bémol lorsqu’il utilise le mot « miracle », il est clair qu’il n’a aucun doute sur le sort de son collègue détenu. D’où vient cette conviction ? Savait-il beaucoup plus des choses qu’il ne le laisse supposer ? Si tel est le cas, quelles sont les raisons qui président à cette rétention de la vérité alors que, justement, c’est le moment approprié pour montrer au monde le vrai visage de Deby ? Yorongar sait parfaitement que dans les circonstances actuelles, chaque jour perdu et chaque vérité tue hypothèque les chances de sauver Ibni Oumar. Est-il près à assumer cette responsabilité tragique ou à profiter du formidable buzz médiatique qui l’entoure aujourd’hui pour dénoncer les assassinats fomentés par Deby et son clan ?

Le second point qui nous laisse perplexe, c’est la pusillanimité dont il fait montre sur les circonstances de sa délivrance. L'économie des détails qui caractérise sa description ouvre une grande faille où peuvent se glisser toute sorte d'interprétations. Quelle interprétation ? Eh ben celle d'un deal passé sur le dos d'Ibni Oumar par exemple. Il est probable que Yorongar ait monnayé sa vie au détriment de celle d'Ibni : on le laisse en vie à 2 conditions : quitter le Tchad et contribuer activement à préparer l'opinion nationale à la mort du président du PLD. Aujourd’hui il est clair qu’il a accompli parfaitement ses « engagements. Le silence de la CPDC et les déclarations alambiquées de l'Elysée rendent cette thèse tout à fait vraisemblable.

Franchement, n’eût été la tragédie de la situation actuelle, le récit qu’il fait de sa libération prête à sourire. Il ajoute même qu'il aurait été empoisonné : Si l'intention de Deby, tel qu’il le clame Yorongar, était de liquider pourquoi l'avait-il relâché ? Empoisonner quelqu'un juste avant de l'exécuter par armes à feu, ça vous paraît crédible vous ? Moi pas.

Dans tous les cas, s’il persiste dans son silence il sera, au même titre que Deby et ses acolytes, entièrement responsable de l’éventuel assassinat de M. Ibni Oumar MAHAMAT SALEH. Jusqu’à preuve du contraire le porte parole de la CPDC est vivant pour les Tchadiens, pour les militants du PLD et pour sa famille.

Sanda Elias

sanda.elias@yahoo.fr


Pour toute information, contactez-nous au : +(235) 63205229 ; 66304389 ; 63415139  (Bureau N'Djamena)