Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
INTERNATIONAL

Un député interpelle le parlement européen sur les violation des droits de l'homme à Djibouti


Alwihda Info | Par Alwihda Info - 23 Avril 2010 modifié le 23 Avril 2010 - 20:57

En dépit d'un accord de paix signé le 12 mai 2001 entre une partie du FRUD et le pouvoir de Djibouti, les violations des Droits de l'homme n'ont jamais cessé. Depuis deux ans, le risque d'une guerre civile est réel.


Un député interpelle le parlement européen sur les violation des droits de l'homme à Djibouti
Sollicité par Mohamed Kadamy et Hassan Mokbel, respectivement président et responsable des relations extérieures du Front pour la restauration de l'unité et de la démocratie (FRUD), principal mouvement d'opposition à Djibouti, le député français, Stéphane LE FOLL, a interpellé la Commission sur les violation des droits de l'homme à Djibouti.

En dépit d'un accord de paix signé le 12 mai 2001 entre une partie du FRUD et le pouvoir de Djibouti, les violations des Droits de l'homme n'ont jamais cessé. Depuis deux ans, le risque d'une guerre civile est réel.

Le gouvernement n'a pas respecté ses engagements et malgré la proclamation du multipartisme en 2002, tout est mis en œuvre pour paralyser l'opposition. Dans ce contexte de guerre civile larvée, de violations des droits humains et d'impossibilité d'alternance par les urnes, le Président Ismaël Omar Guelleh veut réviser la constitution pour briguer un 3e mandat.

Quelles initiatives fortes l'Union européenne peut elle entreprendre :

  1. Pour trouver une solution au conflit armé ouvert ou larvé qui perdure depuis 17 ans?
  2. Pour éviter que Djibouti ne sombre dans un chaos à la somalienne?
  3. Pour favoriser un dialogue national entre les différents acteurs politiques pour permettre une transition démocratique?
  4. Pour s'opposer au 3e mandat du chef de l'État djiboutien?
  5. Par ailleurs, qu'en est-il du dialogue politique entre l'Union européenne et Djibouti, en vertu de l'article 96 de l'accord de Cotonou?
  6. Enfin, dans le cadre de la prévention des conflits et du «peace building», quel rôle le Parlement européen peut-il jouer pour accompagner une véritable transition démocratique à Djibouti?